Aucassin and Nicolette

Aucassin and Nicolette: A Facing-Page Edition and Translation

Robert S. Sturges
Copyright Date: 2015
Pages: 140
https://www.jstor.org/stable/10.14321/j.ctt14bs0v5
  • Cite this Item
  • Book Info
    Aucassin and Nicolette
    Book Description:

    A comic masterpiece of medieval French literature,Aucassin and Nicoletteis categorized by its anonymous author as a "chantefable," or "song-story," and is the only known work of this kind. This edition includes the thirteenth-century French text and a modern English translation on facing pages. An introduction outlines the text's background, genre, literary relations, historical contexts, major themes, and relevance to a contemporary audience. Its alternating sections of verse and prose recount a story of love between the aristocratic but distinctly unheroic young lord Aucassin and his beloved Nicolette. Despite familial disapproval, class and ethnic differences, imprisonment, and geographical separation, Nicolette's single-minded pursuit of Aucassin raises interesting questions about gender roles and their depiction in the Middle Ages. The issue of identity is also addressed, as the identity of Nicolette shifts in terms of class, religion, and ethnicity: born a Muslim princess, she becomes both a slave and a Christian convert, and is eventually recaptured by her Saracen family, much to her displeasure. With its daring escapes, its descriptions of travel to exotic lands, its separations, and its happy reunions,Aucassin and Nicoletteis both a classic romantic comedy and an entertaining parody of the romance genre.

    eISBN: 978-1-60917-443-9
    Subjects: Language & Literature

Table of Contents

  1. Front Matter
    (pp. i-vi)
  2. Table of Contents
    (pp. vii-viii)
  3. Acknowledgments
    (pp. ix-x)
  4. Introduction
    (pp. xi-xix)

    Aucassin and Nicoletteis one of the comic masterpieces of medieval literature.¹ It survives in a single, late thirteenth-century manuscript (fonds francais 2168) in the Bibliotheque national francais, in Paris. The manuscript is a collection primarily of romances,lais, and fabliaux, with a few religious texts included as well.² The author ofAucassin and Nicoletteis anonymous, and identifies himself in the opening lines only as the “viel antif,” or old man (section 1). His familiarity with the various literary themes and genres that he parodies (see “Genre and Literary Relations,” below), as well as his skillful versifying additionally suggest...

  5. [Illustration]
    (pp. xx-xx)
  6. Aucassin and Nicolette
    • 2
      (pp. 6-7)

      Or dient et content et fablentque li quens Bougars de Valence faisoit guere au conte Garin de Biaucaire si grande et si mervelleuse et si mortel qu’il ne fust uns seux jors ajornés qu’il ne fust as portes et as murs et as bares de le vile a cent cevaliers et a dis mile sergens a pié et a ceval, si li argoit sa terre et gastoit son païs et ocioit ses homes.

      Li quens Garins de Biaucaire estoit vix et frales, si avoit son tans trespassé. Il n’avoit nul oir, ne fil ne fille, fors un seul vallet....

    • 4
      (pp. 10-11)

      Or dient et content et flablent. Quant li quens Garins de Biaucare vit qu’il ne poroit Aucassin son fil retraire des amors Nicolete, il traist au visconte de le vile qui ses hon estoit, si l’apela:

      “Sire quens, car ostés Nicolete vostre filole! Que la tere soit maleoite dont ele fu amenee en cest païs! C’or par li pert jou Aucassin, qu’il ne veut estre cevaliers, ne faire point de quanque faire doie; et saciés bien que, se je le puis avoir,¹ que je l’arderai en un fu, et vous meismes porés avoir de vos tote peor.”

      “Sire,” fait li...

    • 6
      (pp. 14-15)

      Or dient et content et fablent. Nicolete¹ fu en prison, si que vous avés oï et entendu, en le canbre. Li cris et le noise ala par tote le terre et par tot le païs que Nicolete estoit perdue: li auquant dient qu’ele est fuie fors de la terre, et li auquant dient que li quens Garins de Biaucaire l’a faite mordrir. Qui qu’en eust joie, Aucassins n’en fu mie liés, ains traist au visconte de la vile, si l’apela:

      “Sire visquens, c’avés vos fait de Nicolete ma tresdouce amie, le riens en² tot le mont que je plus amoie?...

    • 8
      (pp. 18-19)

      Or dient et content et fablent. Entreusque Aucassins estoit en le canbre et il regretoit Nicolete s’amie, li quens Bougars de Valence, qui sa guerre avoit a furnir, ne s’oublia mie, ains ot mandé ses homes a pié et a ceval, si traist au castel por asalir. Et li cris lieve et la noise, et li cevalier et li serjant s’arment et qeurent as portes et as murs por le castel desfendre, et li borgois montent as aleoirs des murs, si jetent quariax et peus aguisiés.

      Entroeusque li asaus estoit grans et pleniers, et li quens Garins de Biacaire vint...

    • 10
      (pp. 22-25)

      Or dient et content. Aucassins¹ fu armés sor son ceval, si con vos avés oï et entendu. Dix! con li sist li escus au col et li hiaumes u cief et li renge de s’espee sor le senestre hance! Et li vallés fu grans et fors et biax et gens et bien fornis, et li cevaus sor quoi il sist rades et corans, et li vallés l’ot bien adrecié par mi la porte. Or ne quidiés vous qu’il pensast n’a bués n’a vaces n’a civres prendre, ne qu’il ferist cevalier ne autres lui. Nenil nient! Onques ne l’en sovint; ains...

    • 12
      (pp. 30-31)

      Or dient et content et fabloient. Aucasins fu mis en prison, si com vos avés oï et entendu, et Nicolete fu d’autre part en le canbre. Ce fu el tans d’esté, el mois de mai que li jor sont caut, lonc et cler, et les nuis coies et series.

      Nicolete jut une nuit en son lit, si vit la lune luire cler par une fenestre et si oï le lorseilnol center en garding, se li sovint d’Aucassin sen ami qu’ele tant amoit. Ele se comença a porpenser del1 conte Garin de Biaucaire qui de mort le haoit, si se pensa...

    • 14
      (pp. 34-35)

      Or dient et content et fabloient. Qant Aucassins oï dire Nicolete qu’ele s’en voloit aler en autre païs, en lui n’ot que courecier.

      “Bele douce amie,” fait il, “vos n’en irés mie, car dont m’ariis vos mort. Et li premiers qui vos verroit ne qui vous porroit, il vos prenderoit lués et vos meteroit a son lit, si vos asoignenteroit. Et puis que vos ariiés jut en lit a home, s’el mien non, or ne quidiés mie que j’atendisse tant que je trovasse coutel dont je me peusce ferir el cuer et ocirre. Naie voir, tant n’atenderoie je mie; ains...

    • 16
      (pp. 38-39)

      Or dient et content et fabloient. “Hé!” fait Nicolete, “l’ame de ten pere et de te mere soit en benooit repos, quant si belement et si cortoisement le m’as ore dit. Se Diu plaist, je m’en garderai bien, et Dix m’en gart!”

      Ele s’estraint en son mantel en l’onbre del piler, tant que cil furent passé outre; et ele prent congié a Aucassin, si s’en va tant qu’ele vint au mur del¹ castel. Li murs fu depeciés, s’estoit rehordés, et ele monta deseure, si fist tant qu’ele fu entre le mur et le fossé; et ele garda contreval, si vit...

    • 18
      (pp. 42-43)

      Or dient et content et fabloient. Nicolete se dementa molt, si con vos avés oï. Ele se conmanda a Diu, si erra tant qu’ele vint en le forest. Ele n’osa mie parfont entrer por les bestes sauvaces et por le serpentine, si se quatist en un espés buisson; et soumax li prist, si s’endormi dusqu’au demain a haute prime que li pastorel iscirent de la vile et jeterent lor bestes entre le bos et la riviere, si se traien d’une part a une molt bele fontaine qui estoit au cief de la forest, si estendirent une cape, se missent lor...

    • 20
      (pp. 46-47)

      Or dient et content et fabloient. Nicolete eut faite le loge, si con vos avés oï et entendu, molt bele et mout gente, si l’ot bien forree dehors et dedens de flors et de foilles, si se repost delés le loge en un espés buison por savoir que Aucassins feroit.

      Et li cris et li noise ala par tote le tere et par tot le païs que Nicolete estoit perdue: li auquant dient qu’ele en estoit fuie, et li autre dient que li quens Garins l’a faite mordrir. Qui qu’en eust joie, Aucassins n’en fu mie liés. Et li quens...

    • 22
      (pp. 50-51)

      Or dient et content et fabloient. Quant Aucassins oï les pastoriax, si li sovint de Nicolete se tresdouce amie qu’il tant amoit, et si se pensa qu’ele avoit la esté. Et il hurte le ceval des eperons, si vint as pastoriax.

      “Bel enfant, Dix vos i aït!”

      “Dix vos benie!” fait cil qui fu plus enparlés des autres.

      “Bel enfant,” fait il, “redites le cançon que vos disiés ore!”

      “Nous n’i dirons,” fait cil qui plus fu enparlés des autres. “Dehait ore¹ qui por vous i cantera, biax sire!”

      “Bel enfant,” fait Aucassins, “enne me conissiés vos?”

      “Oïl, nos savions...

    • 24
      (pp. 54-57)

      Or dient et content et fabloient. Aucassins ala par le forest de voie en voie et li destriers l’en porta grant aleure. Ne quidiés mie que les ronces et les espines l’esparnaiscent. Nenil nient! Ains li desronpent ses dras qu’a painnes peust on nouer desu el plus entier, et que li sans li isci des bras et des costés et des ganbes¹ en quarante lius u en trente, qu’aprés le vallet peust on suir le trace du sanc qui caoit sor l’erbe. Mais il pensa tant a Nicolete sa douce amie, qu’i ne sentoit ne mal ne dolor, et ala...

    • 26
      (pp. 60-61)

      Or dient et content et fabloient. Quant Nicolete oï Aucassin, ele vint a lui, car ele n’estoit mie lonc. Ele entra en la loge, si li jeta ses bras au col, si le baisa et acola.

      “Biax doux amis, bien soiiés vos trovés!”

      “Et vos, bele douce amie, soiés li bien trovee!”

      Il s’entrebaissent et acolent, si fu la joie bele.

      “Ha! douce amie,” fait Aucassins, “j’estoie ore molt bleciés en m’espaulle, et or ne senc ne mal ne dolor, pui que je vos ai.”

      Ele le portasta et trova qu’il avoit l’espaulle hors du liu. Ele le mania tant...

    • 28
      (pp. 64-65)

      Or dient et content et fabloient. Aucassins fu descendus entre lui et s’amie, si con vous avés oï et entendu. Il tint son ceval par le resne et s’amie par le main, si conmencent aler selonc le rive. [Et Aucassins vit passer une nef, s’i aperçut les marceans qui sigloient tot prés de le rive.]¹ Il les acena et il vinrent a lui, si fist tant vers aus qu’il les missent² en lor nef. Et quant il furent³ en haute mer, une tormente leva, grande et mervelleuse, qui les mena de tere en tere, tant qu’il ariverent en une tere...

    • 30
      (pp. 68-69)

      Or dient et content et fabloient.¹ Quant Aucassins oï ensi le roi parler, il prist tox les dras qui sor lui estoient, si les houla aval le canbre. Il vit deriere lui un baston, il le prist, si torne, si fiert, si le bati tant que mort le dut avoir.

      “Ha! biax sire,” fait li rois, “que me demandés vos? Avés vos le sens dervé, qui en me maison me batés?”

      “Par le cuer Diu!” fait Aucassins, “malvais fix a putain, je vos ocirai, se vos ne m’afiés que ja mais hom en vo tere d’enfant ne gerra.”

      Il li...

    • 32
      (pp. 72-73)

      Or dient et content et flabent. Quant Aucassins vit cele mervelle, si vint au roi, si l’apele.

      “Sire,” fait Aucassins, “sont ce ci vostre anemi?”

      “Oïl, sire,” fait li rois.

      “Et vouriiés vos que je vos en venjasse?”

      “Oie,” fait il, “volentiers.”

      Et Aucassins met le main a l’espee, si se lance en mi ax, si conmence a ferir a destre et a senestre, et s’en ocit molt. Et quant li rois vit qu’i les ocioit, il le prent par le frain et dist:

      “Ha! biax sire, ne les ociés mie si faitement.”

      “Conment?” fait Aucassins. “En volés vos que...

    • 34
      (pp. 76-77)

      Or dient et content et flaboient. Aucassins fu el castel de Torelore, et Nicolete s’amie, a grant aise et a grant deduit, car il avoit aveuc lui Nicolete sa douce amie que tant amoit.

      En ço qu’il estoit en tel aisse et en tel deduit, et uns estores de Sarrasins vinrent par mer, s’asalirent au castel, si le prissent par force. Il prissent l’avoir, s’en menerent caitis et kaítives; il prissent Nicolete et Aucassin, et si loierent Aucassin les mains et les piés, et si le jeterent en une nef et Nicolete¹ en une autre; si leva une tormente par...

    • 36
      (pp. 80-81)

      Or dient et content et fabloien. Or lairons d’Aucassin, si dirons de Nicolete.

      La nes u Nicolete estoit estoit¹ le roi de Cartage, et cil estoit ses peres, et si avoit dose freres, tox princes u rois. Quant il virent Nicolete si bele, se li porterent molt grant honor et fisent feste de li, et molt li demanderent qui ele estoit, car molt sanbloit bien gentix fenme et de haut. Mais ele ne lor sot a dire qui ele estoit, car ele fu pree petis enfes. Il nagierent tant qu’il ariverent desox le cité de Cartage, et quant Nicolete vit...

    • 38
      (pp. 84-85)

      Or dient et content et fabloient. Quant li rois de Cartage oï Nicolete ensi parler, il li geta ses bras au col.

      “Bele douce amie,” fait il, “dites moi qui vos estes. Ne vos esmaiiés mie de mi.”

      “Sire,” fait ele, “je sui fille au roi de Cartage et fui preée petis enfes, bien a quinse ans.”

      Quant il l’oïrent ensi parler, si seurent bien qu’ele disoit voir, si fissen de li molt grant feste, si le menerent u palais a grant honeur, si conme fille de roi. Baron li vourent doner un roi de paiiens, mais ele n’avoit cure...

    • 40
      (pp. 90-91)

      Or dient et content et fabloient. Quant Aucassins oï ensi parler Nicolete, il fu molt liés, si le traist d’une part, se li demanda:

      “Biax dous amis,” fait Aucassins, “savés vos nient de cele Nicolete dont vos avés ci canté?”

      “Sire, oie, j’en sai con de le plus france creature et de le plus gentil et de le plus sage qui onques fust nee; si est fille au roi de Cartage, qui le prist la u Aucassins fu pris, si le mena en le cité de Cartage tant qu’il seut bien1 que c’estoit se fille, si en fist molt grant...

  7. Notes to the Old French Text
    (pp. 95-98)
  8. Explanatory Notes to the English Translation
    (pp. 99-104)
  9. Bibliography
    (pp. 105-113)