Securite humaine et nouvelle diplomatie

Securite humaine et nouvelle diplomatie

ROB McRAE
DON HUBERT
Aude Burgo
Michel Buttiens
Betty Cohen
Jonathan Felton
François Gauthier
Didier Lafond
Marie Françoise Lalande
Copyright Date: 2001
Pages: 304
https://www.jstor.org/stable/j.ctt130hdr9
  • Cite this Item
  • Book Info
    Securite humaine et nouvelle diplomatie
    Book Description:

    Written by diplomatic practitioners, Human Security and the New Diplomacy is a straightforward account of challenges already overcome and the prospect for further progress. From the evolution of peace-keeping, to peacebuilding, humanitarian intervention, war-affected children, international humanitarian law, the International Criminal Court, the economic agendas of conflict, transnational crime, and the emergence of connectivity and a global civil society, the authors offer new insights into the importance of considering these issues as part of a single agenda. Human Security and the New Diplomacy is a case-study of a major Canadian foreign policy initiative and a detailed account of the first phase of the human security agenda. The story of Canada's leading role in promoting a humanitarian approach to international relations, it will be of interest to foreign policy specialists and students alike. Contributors include David Angell, Alan Bones, Michael Bonser, Terry Cormier, Patricia Fortier, Bob Fowler, Elissa Goldberg, Mark Gwozdecky, Sam Hanson, Paul Heinbecker, Eric Hoskins, Don Hubert, David Lee, Dan Livermore, Jennifer Loten, Rob McRae, Valerie Ooterveld, Victor Rakmil, Darryl Robinson, Jill Sinclair, Michael Small, Ross Snyder, Carmen Sorger, and Roman Waschuk.

    eISBN: 978-0-7735-7053-5
    Subjects: Law

Table of Contents

  1. Front Matter
    (pp. i-vi)
  2. Table of Contents
    (pp. vii-x)
  3. Encadrés et figures
    (pp. xi-xii)
  4. Abréviations
    (pp. xiii-xviii)
  5. Avant-propos
    (pp. xix-xx)
    KOFI A. ANNAN

    Pendant la guerre froide, on avait tendance à définir la sécurité en se référant presque uniquement à la puissance militaire et à l’équilibre de la terreur. On sait aujourd’hui que la «sécurité» signifie bien plus que l’absence de conflit. Nous sommes également parvenus à une meilleure perception des sources de conflits non militaires. Nous avons notamment appris que, pour être durable, la paix exige une vision élargie, englobant des domaines comme ceux de l’éducation et de la santé, de la démocratie et des droits humains, de la protection contre la dégradation de l’environnement et de la prolifération des armes meurtrières....

  6. Préface des directeurs de publication
    (pp. xxi-2)
    Don Hubert and Rob McRae
  7. Introduction
    (pp. 3-14)
    LLOYD AXWORTHY

    Depuis que je suis devenu ministre des Affaires étrangères du Canada, être en sécurité ne signifie plus tout à fait la même chose. Aujourd’hui, dans le langage des affaires étrangères, la notion englobe la protection des civils, les enfants touchés par la guerre, la menace du terrorisme, le trafic des stupéfiants et les migrations forcées, et non pas seulement les droits des États et la souveraineté nationale. Il s’agit là d’une importante évolution dans le lexique mondial, d’un changement de perspective éminemment nécessaire et qui est le bienvenu.

    Au-delà du langage de la sécurité humaine, cette perspective est devenue un...

  8. 1 La sécurité humaine dans le contexte de la mondialisation
    (pp. 15-29)
    ROB McRAE

    «Mondialisation» – ce mot surutilisé est néanmoins celui que la plupart d’entre nous employons pour décrire les profonds changements affectant l’environnement international ces quelques dernières années. Il signifie diverses choses pour différentes personnes, mais, pour la plupart, il englobe:

    la portée mondiale des nouvelles technologies de communication (l’«élimination de la distance»);

    l’émergence de marchés mondiaux et le «triomphe» du capitalisme (et du consumérisme) sur ses solutions de rechange;

    la propagation de la démocratie et des valeurs politiques occidentales;

    l’émergence d’une société civile mondiale.

    Dans l’ensemble, ces changements ont été positifs. Le nombre de démocraties dans le système international s’est accru...

  9. ÉTUDE DE CAS: Mines terrestres et sécurité humaine
    (pp. 30-43)
    MARK GWOZDECKY and JILL SINCLAIR

    Le préambule de la Convention d’Ottawa sur l’interdiction de l’emploi, du stockage, de la production et du transfert des mines antipersonnel et sur leur destruction commence comme suit:

    Déterminésà faire cesser les souffrances et les pertes en vies humaines causées par les mines antipersonnel qui tuent ou mutilent des centaines de personnes chaque semaine, pour la plupart des civils innocents et sans défense, en particulier des enfants; entravent le développement et la reconstruction économiques; empêchent le rapatriement des réfugiés et des personnes déplacées sur le territoire; et ont d’autres graves conséquences pendant des années après leur mise en place...

  10. 2 L’évolution du maintien de la paix
    (pp. 44-60)
    PATRICIA FORTIER

    Tout écolier canadien apprend que le Canada est une nation qui s’est donné pour mission de maintenir la paix. Le Monument dédié au maintien de la paix se dresse tout près du Parlement. Les sondages d’opinion au Canada dénotent un appui soutenu et constant au maintien de la paix. Mais cet idéal que l’on préconise n’existe pratiquement plus, sauf au Moyen-Orient, où tout a commencé.

    Le monument canadien est le symbole par excellence du modèle classique de cette cause. L’observateur militaire se tient sur un socle représentant la ligne de cessez-le-feu, appuyé par d’autres militaires, et regarde en direction de...

  11. ÉTUDE DE CAS: Le maintien de la paix en Sierra Leone
    (pp. 61-71)
    ALAN BONES

    Le cas de la Sierra Leone est l’illustration parfaite de l’importance de la protection des civils dans les conflits armés. Au cours de la dernière décennie, les faits ont atteint un degré d’horreur pratiquement sans égal. Depuis le début de la guerre civile en 1991, plus de 75 000 personnes ont été tuées, pour la plupart des civils. Une boucherie exécutée de manière sadique qui a touché physiquement et traumatisé une génération entière. Depuis 1991, à un moment ou un autre, la moitié de la population a été déplacée. Dans l’indice du développement humain des Nations Unies, la Sierra Leone...

  12. ÉTUDE DE CAS: Le défi du microdésarmement
    (pp. 72-83)
    JENNIFER LOTEN

    Dans les guerres civiles, les civils prennent les armes. Pour mettre un terme à ces conflits, il faut désarmer et démobiliser les combattants de toutes les factions et les réintégrer dans la société. Ce processus complexe est connu sous l’acronyme «ddr» (désarmement, démobilisation et réintégration) et la réussite de tels programmes est cruciale pour tout processus après-conflit d’édification de la paix.

    Les programmes de ddr sont plus difficiles à appliquer lorsqu’il y a prolifération d’armes légères. Ce type d’armes est fort différent des autres; elles peuvent être utilisées par une seule personne, tant par des adultes que par des enfants....

  13. 3 L’édification de la paix dans les sociétés, après le conflit
    (pp. 84-98)
    MICHAEL SMALL

    L’Initiative canadienne de consolidation de la paix est née de la synthèse des tendances politiques et intellectuelles du début des années 90. Dès la fin de la guerre froide, les agences internationales sont confrontées à une succession de conflits nationaux sanglants en Afghanistan, en Angola, en Bosnie, au Cambodge, en Croatie, au Salvador, en Haïti, au Guatemala, au Libéria, au Mozambique, au Nicaragua, au Rwanda et en Somalie (pour ne citer que les plus évidents). Différentes communautés de travailleurs internationaux font alors l’expérience des limites de leurs programmes d’action. Les agences de développement constatent que les pays les plus démunis...

  14. ÉTUDE DE CAS: La Bosnie-Herzégovine
    (pp. 99-107)
    SAM HANSON

    On prétend souvent que si l’engagement international dans les Balkans n’aboutit à rien, ne peut aboutir et ne devrait même pas avoir été envisagé au départ, c’est qu’une haine prétendument ancienne divise les ethnies de cette région. Pourtant, les tensions dans les Balkans sont, en fait, relativement récentes.

    Le nationalisme et les conflits ethniques ont réapparu à la faveur des bouleversements politiques et économiques des années 1980. En 1980, après le hurlement des sirènes et l’interruption des émissions par l’annonce «umro je drug Tito» («Le camarade Tito est mort»), même ceux qui avaient dénigré Tito toute leur vie se sont...

  15. ÉTUDE DE CAS: Haïti
    (pp. 108-115)
    DAVID LEE

    L’année en cours marque une décennie d’engagement actif de la communauté internationale en Haïti où celle-ci a tenté de prévenir les conflits, de construire la paix, de favoriser la démocratie et le respect des lois tout en encourageant le développement politique, économique et social. Avec le recul, on constate que cet engagement, à quelque degré que ce soit, englobe l’ensemble des éléments de l’Agenda pour la paix, document historique publié en juin 1992 par le Secrétaire général des Nations Unies Boutros Boutros-Ghali en réponse à l’appel de la Réunion au Sommet du Conseil de sécurité du mois de janvier précédent....

  16. ÉTUDE DE CAS: Le Guatemala
    (pp. 116-122)
    DANIEL LIVERMORE

    Le Guatemala est, par bien des aspects, un modèle fascinant de «consolidation de la paix». D’une part, à cause de la durée de ses luttes intestines récentes – presque quatre décennies – et d’autre part parce qu’il est sorti du conflit au moment même où les expressions «consolidation de la paix» et «sécurité humaine» commençaient à entrer dans le lexique des relations internationales. Les études de cas requièrent toutefois une certaine prudence. Si le processus de «consolidation de la paix» présente un certain nombre de structures communes, chaque processus de paix suit son propre chemin selon ses propres dynamique et...

  17. 4 Intervention militaire à caractère humanitaire
    (pp. 123-134)
    DON HUBERT and MICHAEL BONSER

    Les conflits violents ont de plus en plus pour cibles les civils, qui représentent 80 pour cent de toutes les victimes. Les blessures infligées, les pertes en vies humaines et les déplacements de population constituent des actes de guerre délibérés. C’est pourquoi les futures opérations de maintien de la paix doivent faire de la protection des civils un de leurs principaux objectifs.

    Il faut à tout prix encourager les efforts visant à bâtir une culture de la prévention des conflits. Pour réduire les coûts humains de la guerre, aucune approche n’est plus efficace que la prévention des conflits. Cependant, en...

  18. ÉTUDE DE CAS: La campagne aérienne au Kosovo
    (pp. 135-148)
    PAUL HEINBECKER and ROB McRAE

    Alors que la guerre du Golfe avait pour but de rétablir le principe de souveraineté et d’intégrité territoriale du Koweït, la campagne aérienne du Kosovo fut menée, principalement, pour défendre les principes universels des droits de la personne et du droit humanitaire international. L’exode massif de réfugiés provenant du Kosovo et déferlant dans les États voisins ainsi que la menace naissante d’une déstabilisation régionale ont galvanisé les nations et leurs dirigeants. Pour l’otan, basée sur la défense et la dissuasion collectives, la campagne aérienne représenta un virage et fut l’amorce d’une toute nouvelle étape dans sa détermination, depuis une décennie,...

  19. Les illustrations
    (pp. None)
  20. 5 Protéger les plus vulnérables: les enfants touchés par la guerre
    (pp. 149-168)
    CARMEN SORGER and ERIC HOSKINS

    La situation critique des enfants touchés par la guerre² particulièrement la nouvelle tendance à les utiliser à la fois comme victimes et comme combattants, est l’un des problèmes de sécurité humaine les plus troublants auxquels la communauté mondiale doit faire face aujourd’hui. Les chiffres de la dernière décennie illustrent clairement le tribut dévastateur payé par les enfants: près de deux millions de morts; plus de quatre millions de handicapés; plus d’un million d’orphelins; 20 millions de déplacés; plus de dix millions d’enfants psychologiquement épouvantés après avoir été enlevés, détenus, violés et témoins du meurtre brutal des membres de leur famille;...

  21. ÉTUDE DE CAS: Le Protocole facultatif concernant la participation des enfants aux conflits armés
    (pp. 169-177)
    ROSS SNYDER

    La souffrance des enfants touchés par la guerre est l’une des tragédies les plus dévastatrices de notre temps. Les images nous hantent: des enfants qui ont souffert de blessures physiques et psychologiques, sur les visages desquels on peut lire la peur et le désespoir. Aujourd’hui, les statistiques sont bien connues: des millions d’enfants sont happés et apeurés par la brutalité émotionnelle, physique, sexuelle et psychologique des guerres et des conflits. Parmi eux aussi, ceux qui ont perdu leurs parents, leur foyer, leur école et la capacité de jouer. Parmi eux, quelque 300 000 enfants au service de factions combattantes –...

  22. 6 L’évolution du droit international humanitaire
    (pp. 178-187)
    DARRYL ROBINSON and VALERIE OOSTERVELD

    L’objectif principal du droit international humanitaire (dih) est d’établir des normes de comportement humain en situation de conflit armé, alors que la sécurité humaine est la plus menacée. Le dih se compose de bon nombre de règles et principes qui régissent les groupes en situation de conflit armé et exigent, par exemple, qu’une distinction soit faite entre les cibles militaires et civiles; que la population civile ne soit pas intentionnellement la cible d’attaques; que soient évitées, enfin, les méthodes de guerre qui causent inutilement de la souffrance. Il contient aussi des règles détaillées exigeant des parties que soient traités avec...

  23. ÉTUDE DE CAS: La Cour pénale internationale
    (pp. 188-196)
    DARRYL ROBINSON

    Le mouvement visant à établir une Cour pénale internationale (cpi) permanente est une puissante démonstration de la capacité et de la volonté de la communauté internationale à travailler de concert pour répondre à un urgent besoin de sécurité humaine. Celle-ci a longtemps été en proie à d’odieuses violations du droit humanitaire et à l’envahissante culture d’impunité qui encourage de tels crimes. L’histoire a démontré à maintes reprises de quelle façon l’apparente sécurité du droit et de la civilisation peut être taillée en pièces et remplacée par une éruption de cruautés et d’atrocités les plus barbares. Au lieu de diminuer avec...

  24. 7 Ressources, cupidité, et persistance de la violence
    (pp. 197-209)
    DON HUBERT

    La prévention et la résolution des conflits violents exigent que nous nous interrogions sur les origines et la logique de la guerre. Deux courants majeurs se partagent actuellement l’explication des causes des conflits contemporains. Le premier voit dans la violence une réponse à toutes sortes de griefs: la discrimination systématique, la violation des droits de la personne, les inégalités économiques et politiques ou la rareté des ressources, surtout lorsque ces conditions s’accompagnent de clivages sociaux, fondés notamment sur l’origine ethnique ou la religion. Le deuxième courant considère la guerre comme un phénomène irrationnel, soit enraciné dans des «haines ancestrales», qui...

  25. ÉTUDE DE CAS: Les sanctions contre l’Angola
    (pp. 210-218)
    ROBERT FOWLER and DAVID ANGELL

    On accuse parfois le Conseil de sécurité d’accorder une plus grande attention à l’imposition de sanctions qu’à leur application. Durant les sept années consécutives à l’adoption de la Résolution 864 (1993), la manière dont le Conseil a géré les sanctions imposées au mouvement rebelle en Angola semble corroborer l’opinion selon laquelle les sanctions sont devenues une fin en soi – un geste politique sans application ni suivi. La volonté politique de faire appliquer les sanctions est absente, et il semble que les difficultés intrinsèques à la mise en œuvre de certaines mesures n’aient pas été pleinement perçues au moment de...

  26. 8 Le crime transnational dans un monde sans frontières
    (pp. 219-227)
    TERRY CORMIER

    Les efforts déployés pour lutter contre le crime et le terrorisme à l’échelle internationale – s’assurer que les gens dans la rue au Canada ne courent aucun danger – représentent l’aspect national de la plateforme de la sécurité humaine et servent à sensibiliser la population à cette réalité. Le progrès technologique et la diminution des obstacles au commerce mondial ont débouché sur la création d’un environnement électronique uniforme dont profitent non seulement les entreprises, mais aussi les criminels. De plus en plus, les organisations criminelles (dont celles qui soutiennent des milices paramilitaires) opèrent en réseau et cherchent à établir des...

  27. ÉTUDE DE CAS: Le terrorisme
    (pp. 228-234)
    VICTOR RAKMIL

    Les menaces terroristes contre la sécurité humaine constituent un problème auquel les sociétés sont confrontées depuis de nombreux siècles. Depuis les débuts de la politique, il s’est toujours trouvé des fous, des idéalistes incontrôlés et des groupes d’intérêts désavoués, affaiblis ou désavantagés, pour avoir recours à la violence dans le but d’atteindre des objectifs de nature politique. Malgré l’étendue de la démocratie, le terrorisme demeure une menace constante. Il est cependant possible de prendre des mesures pour freiner le terrorisme, mais aussi de le prévenir, de débusquer les terroristes et, si nécessaire, de les traduire en justice. La clé consiste...

  28. 9 Le nouveau multilatéralisme
    (pp. 235-245)
    ROMAN WASCHUK

    Malgré tout ce qu’il a permis d’accomplir au cours des 50 dernières années, le multilatéralisme institutionnalisé montre aujourd’hui ses limites. Les accords datant d’après-guerre ne reflètent plus l’équilibre actuel des pouvoirs et les préoccupations de ce début du xxiesiècle, alors que les valeurs humaines semblent prendre la préséance. Les principaux forums sur le désarmement semblent dans l’impasse et la gestion des crises touchant les intérêts des grandes puissances, que le Conseil de sécurité avait réussi à canaliser au début des années 90, est à nouveau récupérée par les États. Par ailleurs, les images de souffrance humaine diffusées dans le...

  29. ÉTUDE DE CAS: Le Conseil de sécurité et la protection des civils
    (pp. 246-254)
    ELISSA GOLBERG and DON HUBERT

    Lorsqu’il s’est joint au Conseil de sécurité de l’onu, le Canada s’était fixé pour objectif de démontrer la pertinence pratique de la sécurité humaine. Bien qu’elle soit intimement liée aux conflits armés actuels, la notion de sécurité humaine était étrangère à l’esprit très conservateur du Conseil, très réticent à prendre des risques, où les principes de souveraineté et d’intégrité territoriale l’emportent sur les droits de la personne. Le Canada a néanmoins trouvé une porte d’entrée dans la notion de protection des civils en situations de conflit armé qui pouvait être clairement rattachée aux responsabilités du Conseil et à la définition...

  30. ÉTUDE DE CAS: Le Réseau de sécurité humaine
    (pp. 255-260)
    MICHAEL SMALL

    Le Réseau de sécurité humaine, lancé en 1998, est une tentative d’institutionnaliser une «coalition des volontés» afin de promouvoir l’action internationale pour un vaste éventail de projets visant la sécurité humaine. Ce Réseau trouve sa source dans un partenariat étroit entre le Canada et la Norvège, qui s’est développé pendant les négociations de la Convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel. Après la signature du traité en décembre 1997, Lloyd Axworthy et son homologue norvégien, Knut Vollebaek, ont découvert qu’ils partageaient une ambition similaire, celle de vérifier si la formule qui avait permis ce traité historique pouvait être appliquée à...

  31. 10 La sécurité humaine, la connectivité et la nouvelle société civile internationale
    (pp. 261-275)
    ROB McRAE

    Les défenseurs de la sécurité humaine devront relever des défis nouveaux et variés comme en témoignent les chapitres précédents. Leur succès résidera dans leur capacité de réunir des coalitions d’un nouveau genre, des groupes de travail à géométrie variable, pour la réalisation d’initiatives spécifiques. On a constaté – et c’est là l’une des principales leçons à tirer de cette nouveauté – que les avancées diplomatiques dépendent de l’aptitude à:

    convaincre les responsables politiques de l’attrait d’un changement de paradigme qui placera la sécurité humaine au cœur de la nouvelle politique étrangère;

    faire mieux connaître au public les nouvelles menaces contre...

  32. CONCLUSION: Les relations internationales et la nouvelle diplomatie
    (pp. 276-286)
    ROB McRAE

    Dans cet ouvrage, nous avons tâché de présenter les nombreux gains réalisés en matière de politique étrangère à la suite de l’adhésion au concept de sécurité humaine, à la lumière des souffrances subies par les populations civiles dans les conflits et les situations d’après-conflit. Nous avons porté notre attention sur le sort des plus vulnérables et des victimes qui souffrent le plus cruellement des conflits actuels. À cet égard, le programme de sécurité humaine reflète les motivations humanitaires qui animent la politique étrangère canadienne depuis des générations. Cette nouvelle approche, qui a donné des résultats probants, permet de mieux comprendre...

  33. POSTFACE: Réflexions sur la conférence du Ghana et la visite de Freetown
    (pp. 287-294)
    LLOYD AXWORTHY

    Un samedi soir d’avril dernier, le Secrétaire général adjoint et Représentant spécial des Nations Unies (onu pour la protection des enfants en période de conflit armé, Olara Otunnu, Eric Hoskins, un de mes collaborateurs, et moi partagions un repas sur la terrasse d’un restaurant de Freetown, en Sierra Leone, en faisant la rétrospective des trois jours que nous venions de passer ensemble à travailler sur la cause des enfants touchés par la guerre.

    Notre séjour avait commencé à Accra, au Ghana, où une importante conférence des États d’Afrique de l’Ouest, organisée conjointement par le Ghana et le Canada, s’était conclue...

  34. Chronologie: de sécurité humaine dans la politique étrangère canadienne
    (pp. 295-302)
  35. Collaborateurs
    (pp. 303-308)