Missionaires Oblates

Missionaires Oblates: Vision et Mission

ROSA BRUNO-JOFRÉ
Copyright Date: 2008
Pages: 248
https://www.jstor.org/stable/j.ctt1pq1x1
  • Cite this Item
  • Book Info
    Missionaires Oblates
    Book Description:

    Dans cette importante analyse féministe, Rosa Bruno-Jofré présente un portrait sensible et nuancé de comment un groupe de femmes -- les Soeurs Missionnaires Oblates, une congrégation bilingue d'enseignantes au Manitoba -- composait avec les structures patriarcales et les opinions, traditions et attitudes divergentes des Soeurs qui provenaient de diverses communautés canadiennes-françaises du Manitoba, du Québec, du Saskatchewan, de l'Ontario et des États-Unis. Puisant en profondeur dans des archives privées et dans l'histoire orale, Bruno-Jofré illumine la vie intérieure de la congrégation et de son travail éducatif. Elle démontre que les Soeurs jouèrent un rôle important dans la construction d'une identité canadienne-française au Manitoba et au Québec. Elle offre une fenêtre sur les relations complexes entre les Soeurs et les Pères Oblates, incluant le rôle des Soeurs en tant qu'auxiliaires dans les pensionnats. En conclusion, le livre offre une analyse des efforts de la congrégation depuis 1973 à reformuler sa vision et sa mission dans le contexte de Vatican II, ce désir de vivre en tant que communauté qui motivait les Soeurs à réexaminer leurs souvenirs et leurs interprétations du passé.

    eISBN: 978-0-7735-7549-3
    Subjects: Religion

Table of Contents

  1. Front Matter
    (pp. i-iv)
  2. Table of Contents
    (pp. v-vi)
  3. Avant-propos
    (pp. vii-x)
    Dora Tétreault

    C’était en octobre 1989. Rosa Bruno-Jofré venait de commencer à enseigner les cours de Fondements de l’éducation et d’Histoire de l’éducation à la Faculté d’éducation de l’Université du Manitoba. Elle se sentait limitée par le manque de ressources disponibles pour permettre à ses étudiants de faire de la recherche sur l’histoire de l’éducation dans la province, en particulier sur la contribution des femmes. Elle entreprit bientôt de mettre sur pied un comité appelé « Communauté des enquêteurs pour le projet d’histoire de l’éducation à l’Université du Manitoba ». Le comité était composé d’étudiants, de professeurs et d’enseignants à la retraite....

  4. Introduction et remerciements
    (pp. xi-xiv)

    En 1904, l’archevêque de Saint-Boniface, Mgr Adélard Langevin, un Oblat de Marie Immaculée, fonda les Missionnaires Oblates du Sacré-Cœur et de Marie Immaculée, une congrégation enseignante bilingue au Manitoba. Peu de gens savent que l’archevêque créa la Congrégation au lendemain de la crise des écoles du Manitoba, en guise de « protestation » contre l’anglicisation croissante des écoles publiques au tournant du vingtième siècle. L’image discrète projetée par les sœurs au fil des ans a été tristement renversée dans les années 1990 lorsque les pensionnats pour Amérindiens (les « écoles résidentielles »), où les sœurs avaient œuvré comme auxiliaires des...

  5. Sigles
    (pp. xv-2)
  6. I Les premières années, 1902–1905
    (pp. 3-21)

    Le 19 mars 1895, le père Louis-Philippe Adélard Langevin, supérieur du vicariat des Oblats de Saint-Boniface et curé de Saint Mary’s à Winnipeg, était consacré archevêque de Saint-Boniface. Il succédait à Mgr Alexandre Taché, décédé en 1894. Son diocèse comprenait le Manitoba, le district de Keewatin au nord, et le Nord-Ouest ontarien à l’est jusqu’au lac Supérieur, ainsi que le district de la rivière Assiniboine à l’ouest, qui s’étendait dans le sud de la Saskatchewan². Langevin commença son travail pastoral comme archevêque au plus fort de la crise des écoles du Manitoba.

    La crise scolaire dura de 1890 à 1896,...

  7. II L’institutionnalisation de la jeune communauté, 1906–1915
    (pp. 22-44)

    Au terme des deux premières années vacillantes qui avaient suivi le transfert d’Ida Lafricain depuis Montréal et son ajustement pénible à un nouveau milieu, Mgr Langevin put ancrer son projet plus solidement. Il avait désormais deux tâches connexes: rédiger des constitutions afin de fournir à sa congrégation une organisation de base et une structure institutionnelle, et inculquer les principes et les règles de la vie consacrée à ses membres.

    Langevin commença en 1905 à donner aux sœurs des instructions sur les constitutions, bien qu’il n’en ait complété la première rédaction qu’en 1906. Ces premières constitutions avaient bien sûr beaucoup en...

  8. III Vers le large, 1916–1927
    (pp. 45-71)

    La mort de Mgr Langevin toucha profondément la communauté qui avait pu compter sur la sagesse du fondateur comme force de cohésion et d’intégration. L’autorité venait de Langevin¹. Quinze jours après la mort de celui-ci, mère Saint-Viateur exprima sa profonde angoisse à l’abbé Henri Bernard et lui dit qu’elle lui parlait souvent, lui demandant conseil comme s’il était encore de ce monde². On rapporte qu’elle dit: « Je dois commander dans le noir et combien je trouve ces moments difficiles³! »

    Néanmoins, mère Saint-Viateur fit avancer la Congrégation en bâtissant sur les fondations posées par Langevin, tout en manœuvrant...

  9. IV La Crise, le premier chapitre général de 1927, et le chapitre extraordinaire de 1929
    (pp. 72-85)

    Le code de droit canon promulgué en 1917 rendait obligatoire la tenue d’un premier chapitre général pour les sœurs, avec représentation de toute la Congrégation. Comme Marguerite Viau le rappelait dans une interview en 1994¹, Mgr Béliveau, le successeur de Langevin, trouvait qu’il était temps de tenir un chapitre. Langevin en avait parlé en 1914 mais il était trop malade pour en poursuivre l’idée. La première lettre circulaire de mère Saint-Viateur, datée du 27 juillet 1927, annonçait que le premier chapitre général s’ouvrirait le 18 août 1927 « pour élire une nouvelle administration générale, maintenir la discipline religieuse et l’esprit...

  10. V L’expérience de la vie apostolique
    (pp. 86-143)

    La fondation de la congrégation des Missionnaires Oblates ne fut pas le résultat d’une expérience mystique mais une réponse aux besoins que Mgr Langevin avait identifiés, spécialement en ce qui concernait la question des écoles du Manitoba. Le caractère unique des Prairies, plus particulièrement la condition historique, ethnoculturelle et socioéconomique du Manitoba (y compris sa réalité démographique changeante), donnait à l’œuvre de la mission une connotation spéciale. Il était clairement entendu que les sœurs Oblates n’étaient pas destinées aux classes supérieures de la société, et la Congrégation n’insistait pas sur la dot comme le faisaient d’autres congrégations.

    À de rares...

  11. VI Créer des mémoires qui unissent par le mythe de fondation et retourner au passé en quête de renouveau
    (pp. 144-162)

    La Congrégation des Missionnaires Oblates a conçu ses mémoires officielles comme une façon de construire la cohésion, l’identité de groupe et la solidarité. Dans ce processus, certains éléments du mythe de fondation de la Congrégation sont devenus des points centraux du récit alors que d’autres sont restés invisibles, n’ont pas été inclus ou ont paru de façon marginale seulement. Ce chapitre analyse les composantes discursives incluses dans l’interprétation par les sœurs de leur propre fondation et dans la compréhension de leur propre histoire. À côté du récit officiel que l’on trouve dans les textes, les règles, les récits oraux, les...

  12. ANNEXE A Tableaux
    (pp. 163-168)
  13. ANNEXE B Cartes
    (pp. 169-174)
  14. ANNEXE C Maisons des Missionnaires Oblates
    (pp. 175-198)
  15. Notes
    (pp. 199-220)
  16. Index
    (pp. 221-228)