Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Le Québec traduit en Espagne

Le Québec traduit en Espagne: Analyse sociologique de l’exportation d’une culture périphérique

María Sierra Córdoba Serrano
Copyright Date: 2013
Pages: 380
https://www.jstor.org/stable/j.ctt46nq39
  • Book Info
    Le Québec traduit en Espagne
    Book Description:

    Comment une « petite nation » peut-elle exister et subsister dans l’espace culturel mondialisé actuel ? Par quels mécanismes une culture minoritaire peut-elle être exportée et se tailler un créneau dans un marché culturel central surchargé ? Voici les questions auxquelles María Sierra Córdoba Serrano tente de répondre dans ce livre. L’ouvrage examine les transferts culturels du Canada vers l’Espagne en analysant un corpus de 77 traductions d’œuvres littéraires québécoises traduites en Espagne, en espagnol et en catalan, entre 1975 et 2004. Les assises théoriques de cette étude reposent sur la sociologie des champs de Pierre Bourdieu appliquée à la traduction et s’appuient, d’une part, sur les études de réseaux et, d’autre part, sur la recherche dans le domaine de la diplomatie culturelle. Ce livre met en lumière les différentes phases d’un transfert littéraire : d’abord l’initiation et la sélection des biens culturels, puis la circulation, la réception et la reclassification ou création d’une nouvelle image de marque de ces biens cadrant avec la logique des champs sociaux et littéraires cibles où ils se voient recontextualisés et resémantisés. L’auteure montre comment les intérêts propres à chacun des champs culturels concernés – source (canadienne et québécoise) et cible (espagnole et catalane) – se traduisent par des stratégies politiques, commerciales, éditoriales et textuelles différentiées. L’ouvrage porte en outre un regard inédit sur le rôle déterminant (mais non déterministe) des acteurs institutionnels, ici canadiens et québécois : ceux-ci développent des stratégies et des structures visant à promouvoir et à accueillir la littérature québécoise en Espagne et en Catalogne. L’auteure se penche aussi sur l’action d’autres agents (éditeurs, directeurs de collection, traducteurs, professeurs de littérature, etc.) qui jouent un rôle central dans le transfert concerné.

    eISBN: 978-2-7603-2077-2
    Subjects: Language & Literature

Table of Contents

Export Selected Citations Export to NoodleTools Export to RefWorks Export to EasyBib Export a RIS file (For EndNote, ProCite, Reference Manager, Zotero, Mendeley...) Export a Text file (For BibTex)
  1. Front Matter
    (pp. i-x)
  2. Avant-propos
    (pp. xi-xiv)

    Tout projet de recherche, à quelques exceptions près, comporte un élément autobiographique. Celui que le lecteur s’apprête à lire ne fait pas exception à la règle. L’itinéraire transatlantique parcouru par les biens culturels dont nous suivrons la piste dans ce livre est loin de nous être étranger.

    Le trajet Ottawa-Madrid s’effectuera via Montréal et Barcelone, arrêts obligatoires pour observer les points de convergence entre divers groupes culturels dont les relations asymétriques sont source de conflits sur le plan politique, mais aussi sur le plan symbolique. En choisissant d’examiner les échanges littéraires du Québec vers l’Espagne, nous voulions non seulement explorer...

  3. Chapitre 1 Prolégomènes
    (pp. 1-42)

    Le présent ouvrage prend comme assises théoriques la sociologie des champs de Pierre Bourdieu appliquée à la traduction et s’appuie sur les études consacrées aux phénomènes des réseaux ainsi que sur la recherche dans le domaine de la diplomatie culturelle en vue d’aborder les transferts culturels du Canada vers l’Espagne et, plus précisément, la littérature québécoise traduite vers l’espagnol et vers le catalan en Espagne entre 1975 et 2004.

    Pour expliquer le concept de «transfert culturel», nous empruntons la définition opératoire suivante adoptée par la Chaire de recherche du Canada en transferts littéraires et culturels, sous la direction de Walter...

  4. Chapitre 2 La littérature québécoise traduite en Espagne : une question de réseaux
    (pp. 43-92)

    À l’ère de la mondialisation, l’interdépendance économique et politique des pays risque de conduire à une homogénéisation des cultures, de sorte qu’il est de plus en plus difficile pour chacun de se distinguer des autres. Cela pose problème, car, comme le remarque van Ham (2001, p. 2), «having a bad reputation or none at all is a serious handicap for a state seeking to remain competitive in the international arena. The unbranded state has a difficult time attracting economic and political attention».

    Cela signifie que, contrairement au dicton anglais, no news is bad news, et que, par conséquent, les pays...

  5. Chapitre 3 Une nouvelle voix se joint au chœur
    (pp. 93-172)

    Le chapitre précédent portait sur la première phase du processus de transfert de la littérature québécoise en Espagne, notamment la «phase d’initiation». Nous avons ainsi analysé la façon dont les agents et les acteurs «afiliés» à des institutions supralittéraires (Viala, 1990) ont élaboré des stratégies et des structures promouvant un intérêt pour la littérature québécoise en Espagne et en Catalogne, stratégies qui vont de l’exportation jusqu’à la réception des œuvres traduites. Nous avons vu que les réseaux institutionnels décrits mènent non seulement un travail d’impulsion initiale pour que la littérature québécoise soit traduite, mais qu’ils préparent aussi le terrain pour...

  6. Chapitre 4 Et d’autres voix font écho…
    (pp. 173-232)

    Aux voix contestataires des femmes des années 1970, qui remettront en question une institution littéraire québécoise dominée par des hommes francophones, se joindront dans les années 1980 celles d’auteures et d’auteurs allophones ou «néo-québécois», qui remettront en question un champ littéraire fondé sur l’idée d’une culture et d’une identité unitaire et homogène. Même si, comme l’indique Chartier (2002), la littérature issue de l’immigration n’est pas un phénomène récent au Québec, mais existe depuis le XIXe siècle, la critique littéraire au Québec tend à situer l’apparition des «écritures migrantes» – quelque chose qui diffère de la littérature issue de l’immigration –...

  7. Chapitre 5 Des long-sellers et des best-sellers québécois
    (pp. 233-294)

    Dans les chapitres précédents, nous nous sommes penchée sur les identités de sexe et «ethnique» (autre que québécoise) mises de l’avant dans l’image du Québec transmise par le corpus de la littérature québécoise traduite en Espagne. À ce stade, il est cependant permis de se demander ce que l’on fait de «l’identité nationale québécoise» dans le transfert d’une littérature dont l’apparition et l’expansion sont étroitement liées à la prise de conscience identitaire nationale.

    On a beaucoup écrit sur la «nation», aussi bien sur sa réalité que sur l’idée que l’on s’en fait. On reprend habituellement l’idée de Benedict Anderson (1983),...

  8. Conclusion
    (pp. 295-304)

    Maintenir une vision d’ensemble pour étudier un corpus aussi hétérogène que le nôtre relève du défi. Comment prendre en compte tout un éventail de facteurs, de nombreux auteurs et des textes appartenant à des genres variés ? Comment prendre en considération les multiples agents qui appartiennent à plusieurs champs, circulent entre eux et dont les intérêts sont divers et parfois contradictoires ? Comment représenter la complexité de notre objet d’étude sans tomber dans la nuance sans fin ou la grossière généralisation ? Comment utiliser les modèles théoriques sans que l’étude de l’objet ne soit (pré)déterminée par le modèle ? Enfin,...

  9. Après-propos
    (pp. 305-306)
  10. Bibliographie
    (pp. 307-332)
  11. ANNEXES
    (pp. 333-346)
  12. Index
    (pp. 347-362)
  13. Table of Contents
    (pp. 363-364)
  14. Back Matter
    (pp. 365-366)