Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Le bonheur et autres troubles

Le bonheur et autres troubles

Ahmad Saidullah
Annick Geoffroy-Skuce
Marc Charron
Caroline Lavoie
Copyright Date: 2013
Pages: 254
https://www.jstor.org/stable/j.ctt5hjk50
  • Book Info
    Le bonheur et autres troubles
    Book Description:

    Un prétendu éditeur découvre un mystérieux coffre rempli de manuscrits. C'est là le prétexte pour retracer les pas de personnages associés à la famille Ashfaq, issue de la bourgeoisie musulmane d'une ville indienne dévastée par les émeutes religieuses des années 1990.

    Au fil des nouvelles de ce recueil, le lecteur voyage en Inde, en Birmanie, en Angleterre, en République tchèque, au Groenland, aux États-Unis et au Canada, de la Seconde Guerre mondiale à aujourd'hui. Il y découvre une gamme de personnages et de sociétés aux prises avec la violence et l'oppression. Pour en accentuer l'artifice littéraire, la plupart des nouvelles sont racontées par un narrateur ou une narratrice dans un style distinct qui explore les mille et une façons connues d'aborder les thèmes choisis. En empruntant la voix des opprimés, les narrateurs mettent à mal leur propre récit. Et en mettant en doute la lecture qu'en fait l'« éditeur », sa femme lève le voile sur l'embarras et les inclinations de son mari. Aussi persuasive soit cette logique de narration, le cadre qui régit l'ensemble joue sur la vraisemblance des histoires racontées.

    Ce premier recueil de nouvelles signé Saidullah repousse les limites de la langue littéraire grâce à la parfaite maîtrise qu'en a son auteur, qui manie avec brio une multitude d'affects, d'émotions, de styles et de genres narratifs.Le Bonheur et autres troubles, œuvre hautement originale et remarquablement élaborée en un lacis de récits entrecroisés, saura plaire à tous ceux et celles qu apprécient la nouvelle et la fiction.

    eISBN: 978-2-7603-2115-1
    Subjects: Language & Literature

Table of Contents

Export Selected Citations Export to NoodleTools Export to RefWorks Export to EasyBib Export a RIS file (For EndNote, ProCite, Reference Manager, Zotero, Mendeley...) Export a Text file (For BibTex)
  1. Front Matter
    (pp. i-iv)
  2. Préface
    (pp. v-xii)
    Marc Charron and Caroline Lavoie
  3. Note de l’éditeur
    (pp. 1-12)
    M. Samiullah
  4. Le vieil homme et la vache
    (pp. 13-22)

    Tout se déroula en silence, si l’on exclut le bruit des motocyclettes qui vrombissaient devant la hutte. Vatan se leva lentement, le genou gauche douloureux, comme toujours tôt le matin. Dehors, sa femme, les yeux rouges, silencieuse, était appuyée contre la vache près du poteau d’attache. Gomti, sa fille veuve, se tenait dans l’enclos avec sa petite, Ganga, qui sanglotait par à-coups.

    Arrivèrent d’abord deux hommes, puis un de plus, et plus tard, encore un autre : quatre en tout. Ils perquisitionnaient en silence. Vatan savait que c’était son fils, Vivek, qu’ils cherchaient, mais ils ne lui posèrent aucune question....

  5. La fuite en Égypte
    (pp. 23-44)

    Il sauta avec son sac par-dessus le mur. Puis il entra dans un hangar. Il pressa fort sur son bras afin d’arrêter le flot de sang et regarda la vitre se maculer de quelques gouttes. Le visage qui le fixait en retour avait l’air épuisé, dépourvu de sommeil, tordu et égratigné.Faut me débarrasser de la barbe et du revolver, dit-il en regardant toujours la vitre et en s’essuyant le front. Il compta les secondes entre les éclairs et les coups de tonnerre : 4-5-9-12-16-19-22. La tempête s’éloignait ; la pluie s’estompait.

    Dehors, les ombres s’étiraient et avançaient en s’agrippant...

  6. L’arbre meurtri
    (pp. 45-54)

    Ils avaient fracassé le mur d’enceinte une semaine avant la venue de ses parents. Dans la matinée, Khalid avait découvert les plants de moutarde arrachés dans les champs boueux, des ordures disséminées sur les plates-bandes de la cour, et les poulaillers détruits. Le pan du mur qui subsistait – ils devaient s’être servi de quelque chose de lourd pour abattre le reste – était maculé de bouse là où ils avaient tracé à la craie de grossiers graffitis et des slogans, maintenant délavés par la pluie.

    Les policiers avaient examiné les lieux, fouillant ici et là du bout de leurs bâtons, mais...

  7. Quinze croquis de Rumi
    (pp. 55-92)

    J’ai de ces rêves.

    Selma masse les jambes et les bras d’Ammi. En sursaut, elle se rend compte qu’elle a commencé à l’étrangler. Elle sait, ce faisant, qu’elle s’est endormie pendant le massage et qu’elle a rêvé toute cette scène. C’est ce que j’imagine moi-même, bien que dans ce rêve, je me réveille avant elle. J’ignore quand je me réveille vraiment ou de quelle façon le rêve prend fin.

    Je me trouve en face de Papa qui lit le journal, sur la véranda, dans une chaise de rotin. Je soulève lentement le fusil de calibre 12 vide, insère la crosse...

  8. Compte rendu
    (pp. 93-96)

    J’ai reçu de Fräulein Harron, pour analyse, un colis enveloppé de papier brun contenant le dossier d’un curieux cas d’hystérie. Après consultation de mes collègues de Vienne et de Leipzig, j’ai pensé que vous seriez mieux placé que moi pour vous pencher sur ce cas. Je crois comprendre que vous êtes psychothérapeute en exercice et que vous traitez le mal du cricket sous toutes ses aberrations. Vous avez également été, je pense, capitaine de l’équipe d’Angleterre, ce dont nous ne vous tiendrons pas rigueur. D’emblée, je vous demande de bien vouloir tenir toute cette affaire dans la plus stricte confidentialité....

  9. L’hôte
    (pp. 97-116)

    Huma était devenue folle. C’est du moins ce que craignait madame Siddiqui. À l’aube, alors que la maisonnée dormait encore, sa fille se levait et priait pendant quatre heures d’affilée. Le moment venu d’étudier, elle ouvrait son manuel sur les micro-organismes hygrophiles et pleurait tout haut, la tête entre les mains. Lorsqu’on tentait de lui adresser la parole, elle détournait le regard ou bien souriait sans répondre.

    Ces derniers temps, son comportement était devenu encore plus bizarre. Lorsqu’on s’installait pour déjeuner, elle se mettait à fredonner les airs que le corps de cornemuses de Ste Marry jouait tous les dimanches...

  10. La tristesse des serpents
    (pp. 117-140)

    Je me souviens bien de lui.

    Apa et moi étions allées en ville avec Hla Khine Kyi pour acheter des pièces de rechange pour le transistor. En sortant du magasin, il appliqua la radio contre son oreille difforme et se mit à écouter. Il nous permit d’écouter nous aussi; ce que nous fîmes à tour de rôle. J’aimais bien la musique, mais, en plus, il y avait des causeries. J’étais perplexe. Je lui demandai s’il y avait des petits bonshommes et des petites bonnes femmes à l’intérieur.

    — Des petits bonshommes et des petites bonnes femmes? Non, non. Non, non....

  11. La blancheur
    (pp. 141-198)

    Quoi! Tu ne croyais quand même pas qu’une fois vu, tout s’éclaircirait, que ce serait aussi facile que ça à interpréter? Comme lorsque des fragments de verre coloré contenus dans un tube s’assemblent, lorsqu’on les secoue, pour former un motif, un motif qui te serait familier? T’attendais-tu à voir les images se révéler sur papier à partir de rien? Des images, rien que des images sans signification. Par le hublot, tu regardais la mer de nuages ourlés de rouge. Tu songeais à la description que tu en aurais fait jadis: un champ de coton en feu sous le soleil, vigile...

  12. Une obscurité aveuglante
    (pp. 199-218)

    L’étranger arriva au village quand les rivières s’étaient déjà asséchées. Les animaux se mouraient, les oiseaux tombaient du ciel. La terre ressemblait à une curieuse mappemonde striée de crevasses et ornée de losanges. Les anciens, assis sur leur grabat sous les arbres morts, regardaient le chaume se faner au soleil et les squelettes de poissons calciner dans le lit de la rivière. La poussière, arrachée du sol aride par des tourbillons maléfiques, se déposait sur le visage de tous ceux qui étaient dehors, et s’introduisait dans leurs yeux, leur nez, leur bouche, pour leur rappeler que la mort les guettait....

  13. Le bonheur et autres troubles
    (pp. 219-228)

    Je viens de troquer mon short de ville contre un complet, et nous voilà dans un taxi en route pour la salle de réception, observant des écoliers munis de cartables boire cette racinette au goût de Dettol et manger des crèmes glacées, avec leurs téléphones cellulaires et leurs écouteurs, on va bientôt manquer d’oreilles par ici, quand elle dit, à propos, en a-t-on apporté, alors je demande, de quoi, janno, des cadeaux, dit-elle, les affaires que Hina a envoyées, alors je fais, non, on a laissé ça là-bas, mais j’ai l’argent, ça devrait suffire pour le moment, après tout, il...

  14. Glossaire
    (pp. 229-238)
    Annick Geoffroy-Skuce
  15. Table of Contents
    (pp. 239-239)
  16. Back Matter
    (pp. 240-242)