Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
« L’Union fait la force! »

« L’Union fait la force! »: L’Union Saint-Joseph d’Ottawa/du Canada 1863-1920

Pierrick LABBÉ
Copyright Date: 2012
Pages: 196
https://www.jstor.org/stable/j.ctt5vkbxp
  • Book Info
    « L’Union fait la force! »
    Book Description:

    En 1863, un groupe de travailleurs originaires du Québec et domiciliés à Ottawa décident de fonder une association de prévoyance pour aider leurs prochains dans le besoin. En s’inspirant de leurs expériences respectives au sein d’associations de prévoyance québécoises, les fondateurs établissent une première société de secours mutuels canadienne-française à Ottawa : l’Union Saint-Joseph d’Ottawa. Malgré une naissance et des débuts modestes, cette association connaîtra une grande histoire. Elle deviendra l’une des plus grandes sociétés fraternelles nationales, avec des ramifications dans plus de 600 communautés canadiennes-françaises du Canada et des États-Unis. Cet ouvrage analyse la fondation de l’Union Saint-Joseph d’Ottawa et son évolution entre 1863 et 1920. Durant cette période, cette petite association locale, dont les activités visent essentiellement le secours de la classe populaire, évolue pour devenir une grande société fraternelle nationale vouée à la sauvegarde des intérêts des Canadiens français. L’essentiel de ces mutations survient à la fin du XIXe siècle, alors qu’une petite élite entreprend des réformes administratives qui changent la manière de gérer la mutualité. Cette élite en profite également pour reformuler le projet social de l’association et ses objectifs afin de transformer l’Union Saint-Joseph en un instrument de lutte pour la survivance canadienne-française.

    eISBN: 978-2-7603-2049-9
    Subjects: Political Science, History

Table of Contents

Export Selected Citations Export to NoodleTools Export to RefWorks Export to EasyBib Export a RIS file (For EndNote, ProCite, Reference Manager, Zotero, Mendeley...) Export a Text file (For BibTex)
  1. Front Matter
    (pp. [i]-[vi])
  2. Table of Contents
    (pp. [vii]-[viii])
  3. Introduction
    (pp. 1-12)

    Le 6 février 2012,Le Droitannonçait la faillite de l’Union du Canada. La Cour supérieure avait ordonné la liquidation de la mutuelle. Le journaliste Philippe Orfali écrivait que l’ex-président et chef de la direction devait faire face à une série d’allégations d’abus de pouvoir, d’intimidation, de conflit d’intérêts et à plusieurs autres infractions à laLoi sur les sociétés par actions¹. La disparition de cette mutuelle, qui devait fêter son 150eanniversaire en 2013, me laissa étonnamment indifférent malgré les heures passées à reconstituer son histoire. Cet état d’esprit venait sans doute de certains souvenirs. Quelques années plus tôt,...

  4. Chapitre premier La formulation du projet social de l’Union Saint-Joseph d’Ottawa
    (pp. 13-50)

    Lorsqu’un groupe de Canadiens français décida de fonder une société de secours mutuels à Ottawa en 1863, le mouvement mutualiste était déjà sur sa lancée depuis au moins une décennie. L’Union Saint-Joseph d’Ottawa n’était que l’une des nombreuses associations de prévoyance à voir le jour dans les communautés canadiennes-françaises du Canada et des États-Unis. La popularité de la mutualité durant la deuxième moitié du xixesiècle témoigne d’un engouement des classes populaires pour cette forme de solidarité urbaine, à un moment où l’économie et les modes de vie se transformaient à un rythme sans précédent. Le modèle mutualiste qui proliféra...

  5. Chapitre 2 Le développement d’une association nationale
    (pp. 51-86)

    Pendant une douzaine d’années, l’Union Saint-Joseph d’Ottawa demeura la seule société de secours mutuels canadienne-française de la ville. Après un début difficile, elle connut un développement rapide qui lui permit d’atteindre 310 membres en octobre 1870 grâce à ce monopole¹. Par la suite, durant les années 1870 et 1880, la croissance de la communauté canadienne-française d’Ottawa encouragea la formation de nouvelles associations de prévoyance, qui répondirent à différents besoins non couverts par les mutuelles existantes. L’essor que connurent les sociétés de secours mutuels ne se limitait pas qu’à Ottawa puisqu’au Québec ainsi que dans les autres régions francophones du Canada...

  6. ICONOGRAPHIE
    (pp. 87-100)
  7. Chapitre 3 La redéfinition des objectifs sociaux de l’Union Saint-Joseph d’Ottawa 1895-1905
    (pp. 101-128)

    La nouvelle constitution et les nouveaux règlements de l’Union Saint-Joseph d’Ottawa transformèrent les bases du projet mutualiste initial. Ces changements accentuèrent la transition idéologique en supprimant les différents mécanismes qui soutenaient l’ancienne conception de la mutualité. La structure administrative adoptée ouvrit toutes grandes les portes de l’administration de la société aux idées de la nouvelle élite, qui entreprit de reformuler les objectifs sociaux de l’Union Saint-Joseph. Dès l’adoption de la nouvelle constitution en 1895, ces réformateurs espéraient la développer pour lui donner un caractère national. Ils commencèrent par implanter des bureaux de perception dans les paroisses francophones de l’archidiocèse d’Ottawa....

  8. Chapitre 4 La consolidation financière et nationale de l’Union Saint-Joseph du Canada 1906-1920
    (pp. 129-164)

    Entre 1896 et 1906, l’Union Saint-Joseph avait profité d’une conjoncture économique favorable pour développer son réseau de succursales et accroître le nombre de ses sociétaires à près de 18 000. Cependant, à partir des années 1907, une nouvelle crise de la mutualité commença à se manifester. Le modèle actuariel de plusieurs sociétés fraternelles, y compris celui de l’Union Saint-Joseph, se révélait inefficace sans un recrutement adéquat, principalement à cause de l’insolvabilité des caisses. Après plus d’une décennie de croissance importante, ces associations dominaient le marché de l’assurance-vie au Canada français. Ce développement ne pouvait toutefois se prolonger indéfiniment. Les mutualistes...

  9. Conclusion
    (pp. 165-168)

    L’atteinte de la solvabilité actuarielle représente un tournant important pour l’Union Saint-Joseph du Canada. Pour la première fois de son histoire, elle ne comptait plus sur le recrutement perpétuel pour assurer sa stabilité financière. Ses dirigeants pouvaient dorénavant se concentrer sur la lutte nationale et le recrutement de Canadiens français, plutôt que de chercher à économiser ici et là afin de combler l’écart important entre les cotisations des membres et les indemnités remises aux veuves. Une nouvelle propagande put ainsi être établie sur la base de la solvabilité actuarielle de 100 %, mettant fin aux critiques des agents d’assurances et...

  10. Annexe – Liste des présidents de 1863 à 1917
    (pp. 169-170)
  11. Bibliographie
    (pp. 171-178)
  12. Index
    (pp. 179-188)