Transfert

Transfert: Exploration d’un champ conceptuel

Pascal Gin
Nicolas Goyer
Walter Moser
Copyright Date: 2014
Pages: 270
https://www.jstor.org/stable/j.ctt6wr8g9
  • Cite this Item
  • Book Info
    Transfert
    Book Description:

    L'ouvrage propose trois axes de réflexion sur le concept de transfert. Dans la première partie du volume, Hans-Jürgen Lüsebrink évoque les changements contemporains qui augmentent les communications interculturelles. Walter Moser examine l'histoire des concepts et explore la possibilité de faire du « transfert culturel » un instrument qui permettrait de rendre compte de la grande mobilité culturelle que nous observons de nos jours à l'échelle mondiale. Pierre Lévy donne à cette exploration conceptuelle la plus grande amplitude en la déplaçant vers le domaine général du transfert des informations.

    La deuxième partie, « Le transfert et les savoirs », occupe le gros de l'ouvrage. Daniel Simeoni y explore la traductologie en documentant le parallélisme des concepts de traduction et de transfert. Dans la psychanalyse, tant comme site du savoir que comme pratique, le transfert a une longue histoire conceptuelle; Ellen Corin ouvre pourtant le dialogue à d'autres savoirs et disciplines et évoque la possibilité de déplacer latéralement les acquis de sa réflexion vers le domaine de l'anthropologie. En matière de droit criminel, Alvaro Pires explore des questions théoriques et méthodologiques du transfert, étayant ses propos d'exemples. Nicolas Goyer fait la distinction entre le « transfert généalogique » et le « transfert migratoire » pour illustrer la nécessité de contester la priorité qu'on a longtemps accordée au transfert intergénérationnel.

    La troisième partie explore l'imbrication des transferts et des médias. Timothy Murray explore lenew media art, où se croisent le politique, le médiaticotechnologique, le psychanalytique et l'interculturel. Wolfgang Ernst s'interroge sur le « transfert » au confluent de l'ethnologie, l'ethnographie, la muséologie, l'histoire et l'analyse des cultures, en regard de la théorie et de l'histoire des médias.

    eISBN: 978-2-7603-2160-1
    Subjects: Sociology, Anthropology

Table of Contents

  1. Front Matter
    (pp. i-iv)
  2. Table of Contents
    (pp. v-vi)
  3. Avant-propos
    (pp. vii-viii)
    Walter Moser

    Cet ouvrage collectif tire son origine d’une série de conférences que la Chaire de recherche du Canada en transferts littéraires et culturels a organisées à l’Université d’Ottawa à compter de 2002. Tous les textes de cette série de conférences ont fait l’objet, à la suite de leur présentation orale, d’amples discussions et d’un intense travail de réécriture et de révision. Deux travaux (de Nicolas Goyer et de Wolfgang Ernst respectivement) s’y sont ajoutés, et deux textes ont été traduits en français, l’un de l’anglais (de Timothy Murray) et l’autre de l’allemand (de Wolfgang Ernst). L’élaboration progressive du manuscrit a été...

  4. INTRODUCTION: Du travail sur le concept
    • INTRODUCTION Du travail sur le concept
      (pp. 1-22)
      Walter Moser

      Cet ouvrage se propose d’explorer le champ conceptuel du « transfert », en vue de consolider son usage dans le domaine de l’analyse culturelle. Il réunit des contributions appartenant à divers champs de savoir, suivant le principe que leur confluence sur une problématique commune nous aidera à mieux cerner et articuler ce champ conceptuel et, par là, à favoriser l’émergence d’un nouveau concept. Aussi, les contributions regroupées dans cet ouvrage proviennent-elles de la traductologie, de la psychanalyse, des études cinématographiques, des études littéraires, de la criminologie et de ce qu’on pourrait globalement appeler la médiologie. Les savoirs qui sont ainsi...

  5. PREMIÈRE PARTIE Le savoir du transfert
    • Les transferts culturels: théorie, méthodes d’approche, questionnements
      (pp. 25-48)
      Hans-Jürgen Lüsebrink

      Les processus économiques, sociaux et culturels de la globalisation constituent pour les études littéraires et culturelles un triple défi d’ordre méthodologique et théorique. Ils incitent premièrement àdé-territorialiserle champ d’études et de recherches au-delà d’une aire culturelle linguistique et culturelle définie, par exemple, par les termes de « français » et de « francophones », tout en conservant la problématique propre à ces disciplines, à savoir étudier la structure textuelle des phénomènes littéraires et culturels, prêter attention à l’altérité culturelle produite par une langue étrangère et être sensible aux formes et aux avatars de la traduction, sous ses multiples...

    • Pour une grammaire du concept de « transfert » appliqué au culturel
      (pp. 49-76)
      Walter Moser

      Michel de Certeau nous l’a rappelé dansL’Invention du quotidien, nos « manières de faire quotidiennes » (1990, p. xxxv) comportent des actes, des gestes, des rituels, des ruses, etc., d’une remarquable complexité et diversité. Et elles ne viennent pas nécessairement avec les discours et les concepts qui nous permettraient d’en faire l’objet d’une réflexion, d’une analyse, d’un savoir sémantisé. Il en est ainsi des transferts. Ils habitent et structurent le quotidien d’un sujet doué d’unecultural literacymoyennne sans que, pour autant, ce sujet puisse en rendre compte ni analytiquement ni théoriquement. Ainsi, nous savons faire un transfert dans...

    • Trois méditations sur le transfert d’information
      (pp. 77-98)
      Pierre Lévy

      Je travaille depuis plus de vingt ans à l’invention d’un codage algorithmique de la sémantique. Ma recherche s’est déployée sur un versant pratique, avec la production du langage IEML (Information Economy MetaLanguage), qui comprend notamment une grammaire, un dictionnaire multilingue et un environnement de programmation. Mais l’aspect pratique de ma recherche m’a continuellement renvoyé à une investigation théorique portant sur les fondements épistémologiques, sémiotiques et anthropologiques de mon projet, ainsi que sur ses implications économiques, sociales et culturelles. Au moment où j’écris ces lignes, IEML est encore dans sa phase de recherche fondamentale, mais j’espère bien pouvoir produire des outils...

  6. DEUXIÈME PARTIE Le transfert et les champs du savoir
    • IN MEMORIAM DANIEL SIMEONI (1948-2007)
      (pp. 101-102)

      Né en France en 1948, Daniel Simeoni a suivi une double formation universitaire en linguistique et en sociologie. Pendant neuf ans, jusqu’à son décès en 2007, il a été professeur au collège Glendon, à l’Université York, où il a contribué à développer les études sur la traduction.

      Fort de sa double formation, il a promu le rapprochement et l’interaction entre les sciences sociales et les sciences humaines, en faveur d’une approche socioculturelle à la traduction. Cela lui a permis de jeter un regard critique sur l’institutionnalisation des études en traduction, tout en y participant activement. Son œuvre a tracé des...

    • De quelques usages du concept de transfert dans la réflexion sur la traduction
      (pp. 103-118)
      Daniel Simeoni

      L’exercice qui consiste à mettre en regard deux ou plusieurs concepts requiert un certain nombre de précautions. Souvent déjà, en raison peut-être d’une propension scolastique à l’analyse rarement soumise à l’introspection, la réflexion conceptuelle se heurte à un obstacle de principe. Un parcours historique, parce qu’il remet en perspective les effets de la délimitation nécessaire des contours respectifs des concepts et qu’il est salutaire d’éviter les pièges les plus immédiats de l’essentialisme. La démarche de Reinhart Koselleck dans son projet deBegriffsgeschichte(voir, par exemple, Koselleck 1986) répond bien à ce souci de relativisation. La complexité d’une telle démarche montre...

    • Dans le jeu de l’adresse, une parole hantée
      (pp. 119-138)
      Ellen Corin

      Dans leur dictionnaire de la psychanalyse, Jean Laplanche et Jean-Bertrand Pontalis (1971) notent que la notion de transfert a pris en psychanalyse une acception très large et qu’elle véhicule, plus que toute autre, l’ensemble des conceptions que chaque analyste se fait de la cure, de son objet, de sa dynamique, de sa tactique, de ses visées. Ce n’est donc pas du « transfert en psychanalyse » qu’il peut être question ici mais de manières partielles, relatives, de l’approcher et d’en saisir la dynamique.

      Les réflexions qui suivent reflètent donc un point de vue particulier sur le transfert et sa signification...

    • Réflexions théoriques et méthodologiques sur le transfert de valeurs: le cas du droit criminel
      (pp. 139-182)
      Alvaro Pires

      La question que je vais explorer ici se trouve parmi celles qui sont très difficiles à résoudre : peut-on observer, et si oui comment, un transfert de « valeurs » (ou de concepts) d’un système social complexe à un autre? Cette question m’oblige à m’aventurer sur un terrain plein d’embûches et très peu directement balisé par des recherches préalables. Ce travail doit donc être lu comme un essai préliminaire et exploratoire, voire comme une aventure sur ce thème.

      J’explorerai essentiellement les dimensions théoriques et méthodologiques du transfert. Je soulignerai aussi l’importance de certains outils conceptuels offerts par la théorie des...

    • Transfert généalogique et transfert migratoire: de la coalescence à la co-implication
      (pp. 183-210)
      Nicolas Goyer

      1) Roland Cahn écrit que « la mise en évidence du transfert fait surgirde l’ailleurs, de l’autrefois, en contrepoint de l’ici et maintenant du face-à-face et permet la reconnaissance et l’appropriation de cette “réalité psychique” » (Cahn 2002, p. 124¹). Cela indique bien les deux premiers « attracteurs » du déplacement et de l’élargissement du concept de transfert ici proposés, l’ailleurs et l’autrefois, à partir de nouveaux paramètres et matériaux anthropologiques. Il s’agira d’envisager, par-delà cette différenciation en deux, latiercéité des transferts, c’est-à-dire (plutôt que de les limiter à trois) leur singularisation non binaire, leur capacité de forme...

  7. TROISIÈME PARTIE Le cas des transferts médiatiques
    • Transfert de supports: « in-sécurités » rhizomatiques
      (pp. 213-230)
      Timothy Murray

      C’est en 1997 que le philosophe français Gilles Deleuze remettait en question la notion traditionnelle de sujet ontologique, faisant valoir les « rapports cinématiques entre éléments non formés » :

      Il n’y a plus de sujets, mais des individuations dynamiques sans sujet, qui constituent des agencements collectifs. [...] Rien ne se subjective, mais des heccéités se dessinent d’après les compositions de puissances et d’affects non subjectivés. Carte des vitesses et des intensités. Nous avons déjà rencontré cette histoire des vitesses et des lenteurs : elles ont en commun de pousser par le milieu, d’être toujours-entre; elles ont en commun l’imperceptible,...

    • Le transfert culturel, une fonction médiatique: collectionner, stocker, transmettre (l’Amérique)
      (pp. 231-254)
      Wolfgang Ernst

      Ma thèse de départ est la suivante : on peut comprendre le transfert culturel à partir de notions tirées de la théorie des médias. Dans le langage des télécommunications, un médium se caractérise par les opérations suivantes : la collecte, le traitement et la transmission de données (Shannon et Weaver 1949). Or, lorsqu’on la considère dans sa dimension physique et non métaphysique, la tradition culturelle se caractérise de la même façon. Sur le plan de l’archéologie des médias, la coïncidence entre l’arrivée en Amérique de Christophe Colomb et l’invention de l’imprimerie par Gutenberg (dont l’objectif était d’abord, grâce à la...

  8. À propos des collaborateurs/collaboratrices
    (pp. 255-258)
  9. Back Matter
    (pp. 259-259)