Récoltes des forêts publiques au Québec et en Ontario, 1840-1900

Récoltes des forêts publiques au Québec et en Ontario, 1840-1900

GUY GAUDREAU
https://www.jstor.org/stable/j.ctt801p2
  • Cite this Item
  • Book Info
    Récoltes des forêts publiques au Québec et en Ontario, 1840-1900
    Book Description:

    Focusing on the transition from the production of squared timber to that of milled lumber and, finally, wood pulp, Gaudreau traces the constant depletion of the resource and the companies' resulting, inexorable push westward from Quebec into Ontario - an economic migration that led to the establishment of significant francophone communities across northern Ontario. He shows how recent generations of Quebec historians have failed to provide adequate historical explanations because of an overly exclusive focus on Quebec. Gaudreau's work provides an important historiographic corrective, showing that the history of Quebec is part of a complex fabric that, like the forests themselves, does not recognize provincial boundaries. Detailed annual data on the volume of principal forest products produced from Crown lands in Quebec and Ontario during the second half of the nineteenth century compiled systematically for the first time form the backbone of this study. Based on these data Gaudreau describes and clarifies the timing, scale, and significance of transitions in forest outputs as spruce joined pine as the principal type of wood logged and as milled lumber and subsequently pulp wood joined, and eventually replaced, square timber as the key product. The book addresses the implications of resource depletion and the economic and historical changes in the forestry industry, including the transition from a commercial and artisanal process to an industrial process and the implications this had for colonization and migration.

    eISBN: 978-0-7735-6742-9
    Subjects: Technology

Table of Contents

  1. Front Matter
    (pp. i-vi)
  2. Table of Contents
    (pp. vii-viii)
  3. Liste des cartes
    (pp. ix-x)
  4. Liste des graphiques
    (pp. xi-xii)
  5. Liste des tableaux
    (pp. xiii-xvi)
  6. Liste des sigles
    (pp. xvii-xviii)
  7. Avant-propos
    (pp. xix-2)
  8. Introduction
    (pp. 3-5)

    Pendant une quinzaine d’années, nous avons fait de l’histoire forestière le projet majeur de nos recherches, y consacrant nos études doctorales et publiant à l’occasion quelques textes. L’idée de produire un ouvrage est venue dans la foulée d'un premier congé sabbatique. En voici le modeste résultat.

    D’emblée, il a fallu circonscrire notre sujet et fixer quelques limites. Limites temporelles d’abord, la période étudiée ne s’étendant que des années 1840 à 1900. Limites de l’analyse ensuite, puisque cet ouvrage se veut une courte introduction situant les principales composantes du secteur forestier et les étapes majeures de son développement. Toutefois, il nous...

  9. 1 Problématique
    (pp. 6-26)

    L’histoire forestière n’est pas un sujet neuf. Depuis plus de soixante ans, elle constitue un objet de recherche universitaire au Canada. Le moment est approprié pour en faire un bilan. À l’inverse de la situation prévalant dans bien d’autres domaines de recherche en histoire, aucun ouvrage récent n’a encore fait la synthèse des principales contributions historiographiques. Le point sur la recherche en histoire forestière, sur les problématiques retenues jusqu’ici et sur les avenues de recherche pour l’avenir mérite d’être fait. C’est dans cet esprit que nous voulons situer notre contribution.

    Ce retour à l’historiographie, tout incomplet qu’il soit, se propose...

  10. 2 Concessionnaires forestiers et firmes commerciales d’exportation de bois: le passage d’un capitalisme marchand à un capitalisme industriel
    (pp. 27-44)

    Jusqu’au début du XIXesiècle, l’exploitation forestière à des fins commerciales demeure, au Canada, une activité bien modeste. Bien que variée, la production acheminée à l’extérieur des colonies se maintient encore à un niveau peu élevé¹.

    On invoque généralement l’adoption par la Grande-Bretagne de puissants tarifs préférentiels pour expliquer le véritable démarrage de l’exploitation forestière commerciale au Canada². Cette explication appelle quelques réserves³, mais il demeure que les changements tarifaires apportent un souffle nouveau au secteur forestier. Cette politique, fort coûteuse pour les consommateurs britanniques, est provoquée par des difficultés accrues d’approvisionnement en matière ligneuse. Le bois est un produit...

  11. 3 Le passage du bois équarri au bois de sciage au Québec et en Ontario (1851-1874)
    (pp. 45-62)

    Le milieu du XIXesiècle constitue, à n’en pas douter, une période charnière dans le développement de la société canadienne. Quoique encore modestes, les processus d’industrialisation et d’urbanisation amorcent un tournant décisif, modifiant ainsi lentement la vieille structure sociale. L’exercice du pouvoir politique, remanié par l’obtention de la responsabilité ministérielle, permet l’adoption de nouvelles politiques économiques qui accélèrent les mutations. La loi de 1849 garantissant le financement de la construction ferroviaire est l’une de ces nouvelles politiques qui a de lourds effets d’entraînement.

    Dans ces circonstances, il ne faut pas se surprendre que le secteur forestier québécois et ontarien traverse...

  12. 4 La mutation du secteur forestier canadien au milieu du XIXe siècle : le cas de la vallée outaouaise
    (pp. 63-83)

    La question du passage du bois équarri au bois de sciage illustre fort bien la complexité de la période charnière que constitue le milieu du XIXesiècle. Cette mutation du secteur forestier, maintenant mieux campée, s’accompagne de deux autres processus tout aussi significatifs et qu’il importe maintenant d’examiner. Exposés sous forme d’hypothèses, ces deux processus formeront la trame de ce chapitre. Tel est l’objectif que nous nous fixons.

    Première hypothèse : le mitan du XIXesiècle serait témoin d’un changement des sources d’approvisionnement en matière ligneuse. Les terres privées, source d’approvisionnement par excellence de l’exploitation forestière depuis le début du...

  13. 5 Les activités forestières au Québec (1874-1900): transition et nouvel essor
    (pp. 84-108)

    Les années d’exploitation des forêts publiques examinées dans ce chapitre sont marquées par l’émergence du bois à pâte, à l’aube du XXesiècle. Mais avant son apparition, le secteur forestier québécois traverse une période d’hésitation qui s’amorce avec la crise de 1874-1879 et se prolonge durant toute la décennie suivante; par contre, de 1890 à 1900, la production est majorée et se renouvelle. Si deux phases bien distinctes tissent l’évolution du secteur forestier québécois entre 1874 et 1900, on y observe néanmoins une continuité fondamentale: dans les deux cas, l’industrie du sciage présente des signes indéniables de difficulté. Ce malaise...

  14. 6 Le développement des activités forestières en Ontario (1874-1900)
    (pp. 109-124)

    Le secteur forestier ontarien du dernier quart du XIXesiècle se compare-t-il au secteur forestier québécois? Question difficile qui demande d’abord une présentation générale des grandes tendances de son développement. Tel est l’objectif de ce chapitre. Non pas fixer à demeure toute l’analyse du secteur forestier ontarien mais, plus modestement, identifier les principaux produits, les grandes zones forestières et les éléments essentiels de sa chronologie. Il y a encore trop de recherches à entreprendre pour qu’il soit possible, maintenant,de produire une synthèse, même partielle.

    Nous voulons ainsi formuler quelques courtes observations tirées d’une première prise de vue de l’ensemble des...

  15. 7 Les récoltes de quelques régions forestières québécoises et ontariennes (1874-1900)
    (pp. 125-139)

    À plusieurs reprises au XIXe siècle, nous avons évoqué des différences sensibles entre les secteurs forestiers québécois et ontarien. Ainsi, il fut question notamment d'un impact moins sévère de la crise de 1873-1879 sur les activités d'abattage ontariennes, puis de la faible production de bois à pâte en Ontario à la fin du XIXe siècle, comparativement au Québec, où cette nouvelle manne du secteur forestier occupe déjà environ 25 % des récoltes.

    Ces observations ponctuelles et très générales méritent un examen plus attentif, qui passe par une étude des récoltes sur une base annuelle et régionale pour tout le dernier...

  16. Conclusion
    (pp. 140-144)

    Le même pays, le même secteur économique, les mêmes marchés, la même période historique et les mêmes produits forestiers. Pourtant, des performances régionales allant parfois en sens contraire.

    L’idée d’un secteur économique, souvent animé par des entrepreneurs œuvrant à la fois au Québec et en Ontario, s’impose en effet comme une caractéristique importante du secteur forestier, particulièrement dans la vallée outaouaise où la plupart des gros entrepreneurs passent allègrement d’une rive à l’autre. Il en est de même des travailleurs forestiers dont on peut penser que les effectifs proviennent pour une bonne part du Québec, notamment ceux qui s’installent dans...

  17. ANNEXE 1 Une estimation des récoltes de bois de sciage au Québec (1874-1887)
    (pp. 145-148)
  18. ANNEXE 2 Le traitement des données ontariennes
    (pp. 149-151)
  19. ANNEXE 3 Les séries statistiques
    (pp. 152-164)
  20. Bibliographie
    (pp. 165-174)
  21. Index
    (pp. 175-178)