"Lors est ce jour grant joie nee"

"Lors est ce jour grant joie nee": Essais de langue et de littérature françaises du moyen âge

Michèle GOYENS
Werner VERBEKE
Copyright Date: 2009
Published by: Leuven University Press
Pages: 200
https://www.jstor.org/stable/j.ctt9qdx02
  • Cite this Item
  • Book Info
    "Lors est ce jour grant joie nee"
    Book Description:

    Ce volume regroupe huit contributions consacrées à la langue et la littérature françaises du moyen âge. Elles sont le reflet d’une journée d’étude organisée en l’honneur du professeur émérite Willy Van Hoecke, dont la passion pour la linguistique diachronique et la littérature médiévale françaises lui a fait développer des techniques d’édition critique à partir des oeuvres de Baudouin de Condé, technique qu’il appliquera aussi à l’édition de la Rectorique de Marc Tulles Cyceron, une traduction de deux traités de rhétorique latins réalisée par Jean d’Antioche à la fin du 13e siècle. Il mettra aussi au point une méthode pour l’étude empirique de l’évolution de la langue par le biais de traductions. Les études rassemblées en son honneur portent sur divers sujets: la phraséologie historique, des auteurs médiévaux, certaines figures littéraires, des destinataires de la littérature médiévale, des types particuliers de textes littéraires, et certains liens entre la littérature en moyen néerlandais et celle de l’ancien français.

    eISBN: 978-94-6166-112-8
    Subjects: History

Table of Contents

  1. Front Matter
    (pp. i-vi)
  2. Table of Contents
    (pp. vii-viii)
  3. DE BAUDOUIN DE CONDÉ À JEAN D’ANTIOCHE: UN PARCOURS ONDOYANT DANS LA DIACHRONIE DU FRANÇAIS
    (pp. ix-xvi)
    Michèle GOYENS and Werner VERBEKE

    Les études de langue et de littérature françaises du moyen âge offertes dans ce volume concernent des sujets divers lies au moyen âge français. La plupart des contributions sont consacrées a une oeuvre littéraire ou un auteur, qui se situent chronologiquement entre le debut du XIIe siècle – pensons a Herman de Valenciennes ou Guillaume d’Angleterre – et la fin du XIIIe siècle, avec des auteurs comme Gilbert de Berneville ou un traducteur comme Jean d’Antioche. Cette période doit toutefois être étendue jusqu’au XVe siècle, si nous prenons en compte les etudes panoramiques des représentations de certaines figures littéraires dans les manuscrits,...

  4. PHRASÉOLOGIE HISTORIQUE DU FRANÇAIS: ESQUISSE DE BILAN ET PERSPECTIVES
    (pp. 1-50)
    Claude BURIDANT

    La phraséologie historique peut se donner pour tâche d’étudier les phrasèmes dans l’histoire de la langue française, en dégageant tout particulièrement leur processus de production et de création, à l’inverse leur capacité de résistance, et leur rôle témoin majeur dans l’architectonique syntaxique et culturelle de cette langue.

    En ce qui concerne leur processus de création, comme l’ont montré plusieurs linguistes travaillant sur ce phénomène, les phraséologismes constituent des éléments importants dans la créativité et le fonctionnement d’une langue; M. Gross affirme ainsi, chiffres à l’appui, qu’en français ‘les phrases figées sont plus nombreuses que les phrases libres’¹; et plus largement,...

  5. CRESTÏEN QUI DIRE SIAUT IN GUILLAUME D’ANGLETERRE
    (pp. 51-70)
    Brigitte L. CALLAY

    Few verses have generated as much speculation as the introductory verses by a poet who names himself Crestïen inGuillaume d’Angleterre, mainly due to the possible identification with Chrétien de Troyes¹. Arguments pro and con have bounced around since the earliest edition by Francisque Michel², and have been refueled more recently, without yielding a definitive resolution³. In earlier workm⁴, I concluded that the tale, as extant in manuscriptsP⁵ andC⁶ is probably to be placed in the first quarter of the XIIIthcentury⁷. Since then, criticism has not unearthed new key evidence that could shed light on the poet...

  6. DÉMARCHE PERSUASIVE ET PUISSANCE ÉMOTIONNELLE: LE ROMANZ DE DIEU ET DE SA MERE D’HERMAN DE VALENCIENNES
    (pp. 71-96)
    Colette VAN COOLPUT-STORMS

    Dans son ouvragePoésie et ConversionMichel Zink déplore le peu d’attention accordé par les philologues et historiens de la littérature aux textes édifiants ou empreints de religiosité: seule la littérature profane ‘leur paraît avoir contribué de façon féconde au développement de la littérature’. Pourtant, poursuit-il, l’enjeu du salut est indissociable de la culture médiévale et ce n’est pas être injuste avec les oeuvres que de les examiner sur l’horizon de la foi; ‘la poésie revendique sa part et son effet dans le mouvement de conversion’¹.

    Ces regrets sont particulièrement pertinents pour Herman de Valenciennes, dont l’oeuvre est singulièrement méconnue....

  7. VARIATIONS AUTOUR D’UNE FIGURE D’AUTEUR: BAUDOUIN DE CONDÉ DANS LES MANUSCRITS
    (pp. 97-113)
    Yasmina FOEHR-JANSSENS

    Le propos des quelques pages que l’on lira ici est assez simple. Il s’agit de réfléchir à la manière dont, au XIIIesiècle, la figure d’un auteur s’agence à partir de la réception de son oeuvre dans les manuscrits. Il est sans doute inutile de rappeler que l’auteur, compris comme une catégorie fonctionnelle de la communication littéraire¹, se fabrique, entre autres, à partir des effets de sens produits par l’oeuvre qu’on lui attribue, le plus souvent en s’appuyant sur la façon dont les instances d’énonciation y sont représentées. Nous chercherons donc à comprendre le geste poétique de Baudouin de Condé...

  8. [Illustrations]
    (pp. 114-126)
  9. JEAN D’ANTIOCHE ET LES EXEMPLA AJOUTÉS À LA TRADUCTION DES OTIA IMPERIALIA DE GERVAIS DE TILBURY
    (pp. 127-136)
    Cinzia PIGNATELLI

    LesOtia imperialiade Gervais de Tilbury, oeuvre encyclopédique conçue, comme son nom l’indique, dans le but de distraire l’empereur Othon IV, mais qui ne purent lui être remis que dans les mois qui suivirent la défaite de Bouvines (1214), connurent un large succès au Moyen Âge; en témoignent entre autres les deux traductions dont ils firent l’objet en moyen français, dont celle qui nous intéresse ici, parvenue jusqu’à nous dans une copie du XVesiècle, le ms. Paris, BNF, Fonds fr. 9113, est signée parmaystre Harent d’Antioche.

    Or Delisle en 1906¹ proposa d’identifierHarent d’Antioche avec le Johanthe...

  10. INFELIX DIDO: SUR LA FORTUNE D’UNE INFORTUNE
    (pp. 137-158)
    Herman BRAET and Dulce Maria GONZÁLEZ-DORESTE

    La figure tragique de la reine de Carthage a connu au Moyen Âge une fortune assez diverse, tant par sa réception dans les écrits didactiques, historiques et littéraires¹, qu’à travers la tradition figurée de son histoire.

    Se rappelant au premier chef l’hypotexte virgilien², on songe bien entendu au témoignage duRoman d’Eneas. L’auteur de ce poème infléchit les données du IVelivre de l’Énéideen les combinant avec de nombreuses réminiscences ovidiennes³. Il ne faut donc pas s’étonner si, dans le choix opéré parmi les éléments de son texte source, ce clerc anonyme a favorisé les rôles féminins: aussi, dans...

  11. DE TORREZ À TOREC: UN ROMAN ARTHURIEN EN MOYEN NÉERLANDAIS ET SA SOURCE INCONNUE EN ANCIEN FRANÇAIS
    (pp. 159-176)
    Geert H.M. CLAASSENS

    Souvent, les chercheurs dans le domaine de la littérature en moyen néerlandais en quête de certaines réponses sont obligés de se tourner vers les romanistes: de nombreux textes – profanes surtout – sont des traductions ou bien des remaniements de matériaux écrits en ancien français. Au cours de sa longue carrière, Willy Van Hoecke a prouvé qu’on répond volontiers, généreusement et méticuleusement à ces demandes. Parfois, néanmoins, on perçoit un mouvement en direction opposée, où les spécialistes en moyen néerlandais donnent un coup de main aux chercheurs dans le domaine de la littérature en ancien français. J’en donnerai un exemple ci-dessous¹, que...

  12. LA DAME D’AUDENARDE COMME JUGE D’AMOUR: Le rapport intertextuel entre Li Romans du Vergier et de l’Arbre d’Amors et une chanson de Gillebert de Berneville
    (pp. 177-190)
    Remco SLEIDERINK

    Au treizième siècle, l’art d’aimer allégorique était un genre fort apprécié dans la littérature française. Et pourtant, on est mal informé sur le fonctionnement de ces textes. En ce qui concerne la datation et la localisation, on n’a souvent que des indices très faibles¹. C’est le cas, par exemple, pourLi Romans du Vergier et de l’Arbre d’Amors. Dans son tour d’horizon de la littérature médiévale française des anciens Pays-Bas, publié dans l’Algemene Geschiedenis der Nederlanden(l’AGN: l’histoire générale des anciens Pays-Bas), Willy Van Hoecke fait remarquer qu’une des deux dames auxquelles le texte est dédié, est la dame d’Audenarde,...

  13. INDEX DES MANUSCRITS CITÉS
    (pp. 191-192)
  14. INDEX DES PERSONNES, DES OEUVRES ET DES LIEUX CITÉS
    (pp. 193-198)