Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Research Report

Potentialités et conflits dans les zones péri-urbaines:: le cas de Mopti au Mali

Groupe Recherche/Actions Pour le Développement
Copyright Date: Oct. 1, 2001
Pages: 29
OPEN ACCESS
https://www.jstor.org/stable/resrep01763
  • Cite this Item

Table of Contents

  1. (pp. 2-2)

    Les rapports entre les villes et leurs environnements ruraux ont fasciné plus d’un par la nature, l’intensité et la complexité des relations qui caractérisent ces deux mondes différents, quelquefois en situation conflictuelle mais aussi souvent complémentaire. Ce même phénomène se rencontre au Mali où la population urbaine prend de plus en plus d’importance: entre 1960 et 1976 elle s'est accrue de 6,1% (suite à la migration impulsée par la sécheresse) et de 4,5% entre 1976 et 1987 alors que l’augmentation de la population rurale est passé pour la même période de 1,8% à 1,2%. (République du Mali, DNSI 87, 90,...

  2. (pp. 2-4)

    La méthodologie utilisée dans le cadre de cette étude est sous tendue par un double souci; le premier porte sur la constitution d’une équipe multidisciplinaire et intégrée; le second consiste en une implication totale de la population du péri-urbain considérée et de son encadrement durant toutes les phases de la recherche.

    La constitution d’une équipe multidisciplinaire intégrée se traduit par l’animation d’une série d’ateliers (de lancement, de détermination de thèmes et d’outils méthodologiques) qui regroupent des chercheurs venus de tous les horizons scientifiques (sociologie, droits, spécialités des sciences zootechniques et agricoles, géographie) et couvrant en même temps la zone de...

  3. (pp. 4-7)

    Mopti, bien que différente des villes historiques comme Djenné et Ségou, a connu un essor formidable depuis la période coloniale qui en a fait un chef lieu de centre administratif, ce qui a favorisé le développement des échanges tant avec l’intérieur du pays qu’avec les pays voisins.

    Dix zones agro-écologiques caractérisées par une certaine homogénéité des substrats et une définition des vocations agricoles en fonction des unités taxonomiques de sol/végétation composent la région de Mopti. Ce sont les zones agro-écologiques du Sourou, du Séno Bankass, du Plateau, du Delta Central, du Mema Dioura, du Séno Mango, du Gourma, du Bodara,...

  4. (pp. 8-15)

    Les systèmes de production agricoles et agro pastorales de Barbé sont ceux rencontrés dans la Région de Mopti en général. Cependant, l’histoire du village, la composition ethnique de ses habitants et la nature agro écologique du site induisent des nuances, voire des différences importantes dans la nature et le processus de production de ces systèmes. Ceci concerne notamment l’importance relative des cultures irriguées, des cultures sèches et des activités pastorales.

    Le terroir de Barbé se présente en espace d’habitat et en espace de production. L’espace de production comprend des sous espaces - la zone inondée et la zone exondée -...

  5. (pp. 15-21)

    La production agricole et la production piscicole sont les deux activités principales de la population de Bargondaga. La production agricole est dominée par la riziculture qui évolue ici sous deux modes : à submersion contrôlée dans le casier aménagé de l’Office Riz Mopti, et à submersion libre sur quelques arpents sous la dépendance juridique du chef de village et de son conseil. Sur les 11 110 ha aménagés de Mopti Nord, seuls 155 sont attribués à la population de Bargondaga (510 habitants) pour 102 attributaires. Tenant compte du fait que l'attribution se fait à des chefs de concessions familiales, la...

  6. (pp. 21-25)

    Abdou Salam Fall remarque qu’au Sénégal, l’urbanisation n’a pas été causée par la mécanisation de l’agriculture conduisant à une relative surpopulation. Plutôt, elle est intervenue à partir d’une rapide dégradation des conditions de vie dans les villages et donc des crises de l’agriculture (Fall, 1998).

    Cette assertion est valable pour la ville de Mopti/Sévaré qui ne bénéficie ni d’un tissu industriel exceptionnel, ni d’un développement agricole hors du commun. Dès lors, les rapports tissés avec les zones rurales avoisinantes en général et avec son péri urbain en particulier se traduisent en interactions sociales, économiques, culturelles et foncières qui trouvent leur...