Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Research Report

DE LA MAÎTRISE DES ARMEMENTS À LA NON-PROLIFÉRATION:: LES NOUVEAUX DÉFIS DE LA SÉCURITÉ COOPÉRATIVE

Pierre-Etienne Champenois
Copyright Date: Nov. 1, 2008
Published by: Egmont Institute
Pages: 64
OPEN ACCESS
https://www.jstor.org/stable/resrep06678
  • Cite this Item

Table of Contents

  1. (pp. 3-6)
    Pierre-Etienne Champenois

    Cette étude sur l’avenir du désarmement et de la maîtrise d’armement dans le nouveau contexte euro-atlantique et leurs implications possibles pour la coopération avec la Russie, a été achevée avant que n’éclate la crise géorgienne du début août 2008. Le but n’est pas de revenir ici sur le développement de ce conflit ni de spéculer sur la manière dont il se résoudra. Mais, il ne fait aucun doute que cette crise, avec ses relents de confrontation Est/Ouest, est la plus grave de l’après-guerre froide dans la mesure où, au-delà de la stabilité dans la région du Caucase, elle aboutit à...

  2. (pp. 7-8)

    La Maîtrise des armements et les matières qui lui sont associées comme les mesures de confiance et de sécurité (CSBM) ont constitué, certainement depuis le rapport Harmel², un élément indissociable de la stratégie de sécurité de l’Alliance atlantique. Le but était de maintenir, par le biais d’accords vérifiables et effectifs, le degré de stabilité et de prévisibilité le plus haut au niveau de forces le plus bas compatible avec le maintien d’une capacité de dissuasion effective et crédible. L’approche, en soi, reste conceptuellement valable et politiquement utile mais sous cette réserve, et elle est notable, que le contexte de sécurité...

  3. (pp. 9-14)

    La disparition du Pacte de Varsovie et singulièrement de l’URSS comme puissance militaire dominante à l’échelle continentale sont des réalités qui datent d’il y a maintenant plus d’une quinzaine d’années mais qui n’ont pas encore vraiment pénétré les esprits à en juger par les survivances d’un langage qui, spécialement dans le chef de la Russie mais pas uniquement, laisse toujours transparaître les stigmates de la guerre froide. Le problème pour la Russie ne réside pas tant dans un rapport de force qui lui serait défavorable que dans la conscience profondément ressentie que le Pacte a vécu mais que l’Alliance atlantique,...

  4. (pp. 15-36)

    Trente ans de négociation de maîtrise d’armements et de désarmement ont permis non seulement aux anciens protagonistes de la guerre froide mais à la communauté internationale dans son ensemble d’amasser un acquis considérable en terme d’accords ou d’instruments dans le domaine de la transparence, de la confiance et plus généralement de la prévisibilité. Cela a aussi permis d’acquérir une expérience et même de développer dans certains cas de nouveaux types d’instrument multilatéraux: ce qu’on appelle aujourd’hui des régimes visant à définir sinon toujours à règlementer le comportement des États dans un nombre de domaines relevant de la sécurité au sens...

  5. (pp. 37-50)

    Il faut distinguer entre les suites de l’ancien agenda bilatéral Est/Ouest et l’agenda tourné vers les nouveaux défis, lequel est avant tout d’essence multilatérale. L’agenda bilatéral qu’on peut aussi appeler résiduel découle naturellement de l’acquis. Américains et Russes, tout comme l’OTAN et les anciens membres du Pacte de Varsovie, ont un héritage commun à gérer, dans un contexte nouveau, mais qui reste relativement bien balisé, soit le dossier stratégique dans ses diverses composantes (START, ABM, FNI, et dans une certaine mesure qui reste à déterminer, FNT) et la question conventionnelle, principalement FCE et les CSBM. Par contre l’agenda d’avenir est...

  6. (pp. 51-56)

    L’Europe n’est plus l’enjeu central d’une confrontation Est/Ouest dont la dimension fut réellement planétaire. La certitude à la fois inquiétante et rassurante de l’ordre bipolaire s’est estompée devant les réalités plus fluides d’un ordre multipolaire en gestation. Il s’en suit un certain nombre de leçons:

    La maîtrise des armements telle qu’elle s’est développée dans le contexte de la guerre froide, puis de la détente, n’est plus au coeur des préoccupations en matière de désarmement, soit parce que, comme en Europe même, la mission a été globalement remplie, soit que, au plan mondial, les enjeux sont différents soit encore qu’ils se...