Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Research Report

La cohérence par la défense: Une autre lecture de la PESD

Philippe de Schoutheete
Copyright Date: Oct. 1, 2004
Pages: 88
OPEN ACCESS
https://www.jstor.org/stable/resrep06926
  • Cite this Item

Table of Contents

  1. (pp. 7-12)

    L’ambition de donner à la construction européenne une dimension extérieure, de faire de l’entité en voie de création un acteur international influent, disposant aussi de la force militaire qu’implique une telle ambition, est présente dès l’origine. Elle explique le projet avorté de Communauté européenne de Défense (CED) dans les années 1950. On la retrouve, quelques années plus tard et sous une forme toute différente, dans les diverses versions, également infructueuses, du Plan Fouchet. On la retrouve encore en 1975 dans le rapport Tindemans. L’aspiration était donc partagée, il y a plusieurs décennies, par ceux qui avaient de l’Europe une vision...

  2. (pp. 13-20)

    Dix années, presque exactement, séparent la conclusion des négociations de Maastricht de la convocation de la Convention européenne par le Conseil européen de Laeken. Au cours de cette décennie, la question de la défense européenne a connu des développements spectaculaires, tant sur le plan institutionnel (traités de Maastricht, Amsterdam, Nice) que sur le plan opérationnel (notamment l’Eurocorps, Saint-Malo, Berlin Plus). A partir de la réunion de Saint-Malo, le processus est entré dans une phase d’accélération telle qu’on a pu parler d’une « révolution militaire de l’Europe »⁷. Les points essentiels et les étapes successives de cette évolution ont été bien...

  3. (pp. 21-38)

    Le texte touffu de la déclaration de Laeken décrit, parfois avec quelques détails, les points que devra aborder la Convention qu’elle appelle à se réunir. Mais cette déclaration ne mentionne que très brièvement la politique de défense : elle se demande comment formuler une politique extérieure et une politique de défense plus cohérentes et s’il faut réactualiser les missions de Petersberg. C’est peu par rapport aux interrogations précises sur les institutions, les instruments, les compétences, ou encore la subsidiarité, la légitimité et la transparence, qui figurent, souvent de manière répétitive, dans le texte de cette déclaration. Dans l’esprit du Conseil...

  4. (pp. 39-50)

    Les travaux de la Convention n’ont évidemment suspendu le fonctionnement normal ni des institutions européennes ni, au sein de celles-ci, du développement opérationnel de la PESD, dont les premières étapes ont été esquissées ci-dessus. L’intérêt, inattendu pour certains, que la Convention semblait, dès le départ, vouloir porter aux questions de défense incitait plutôt les gouvernements à accélérer leurs propres efforts, pour ne pas se laisser déborder par les conventionnels. Plus tard, la crise diplomatique autour de la guerre en Irak a également agi comme un aiguillon, chacun cherchant un moyen de réparer les dégâts en confirmant la volonté de poursuivre...

  5. (pp. 51-72)

    Un examen superficiel de l’évolution rapide et spectaculaire des questions de défense dans l’Union européenne pourrait faire croire que les acteurs qui ont eu un rôle dans cette évolution sont animés de motifs identiques. Ce serait évidemment une illusion. Chacun des acteurs a ses motifs propres et ils sont parfois très différents. A ces divergences internes, il faut ajouter le poids d’acteurs extérieurs, comme les Etats-Unis, dont l’influence manifeste s’exerce de manière variable selon les moments et les interlocuteurs. Les circonstances, les événements, les catastrophes ont sans aucun doute pesé d’un poids très lourd dans l’évolution mais, comme nous allons...

  6. (pp. 73-78)

    Javier Solana écrit « L’Union européenne est en train de passer, discrètement et posément, du stade d’un acteur commercial et économique du plus grand poids au stade où elle devient aussi un acteur dans le domaine politique et de sécurité (...) Cette transformation, d’un acteur commercial et économique en un acteur politique et dans le domaine de la sécurité, est passée largement inaperçue. Je suis pourtant convaincu qu’elle fournit un indice de notre avenir politique beaucoup plus conforme à la réalité et à la volonté commune que les déboires temporaires qui ont caractérisé notre réponse à la guerre en

    Ce...