Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Research Report

Maghreb :: vaincre la peur de la démocratie

Luís Martinez
Copyright Date: Apr. 1, 2009
Pages: 76
OPEN ACCESS
https://www.jstor.org/stable/resrep06927
  • Cite this Item

Table of Contents

  1. (pp. 9-10)

    Les pays du Maghreb sont confrontés à des problèmes structurels qui menacent leur stabilité. Bien plus que la violence terroriste, les problèmes économiques et sociaux sont susceptibles de favoriser une érosion des États tant les défis auxquels ils sont confrontés nécessitent un investissement important des gouvernants pour y remédier. Et les Etats ont besoin de bâtir la légitimité nécessaire pour mener des réformes structurelles susceptibles de favoriser une alternative à l’évolution actuelle. La lutte contre le terrorisme islamiste ne doit pas leurrer les dirigeants maghrébins et les partenaires européens sur les vraies menaces qui pèsent sur la région. Le processus...

  2. (pp. 11-20)

    Á la faveur de l’initiative française du projet d’Union pour la Méditerranée, l’opportunité se présente de réexaminer la place des réformes politiques dans le cadre des relations euro-méditerranéennes. Bien que présente dans le Partenariat euro-méditerranéen, la question de la démocratie a été marginalisée au profit des questions économiques, puis sécuritaires. L’équilibre même du partenariat reposait sur le principe de non-ingérence et de respect de la souveraineté. D’un commun accord, afin de ne pas heurter certains États signataires, les problèmes liés au non-respect des droits de l’homme et des libertés étaient exclus des échanges publics et évoqués dans un cadre privé...

  3. (pp. 21-46)

    De nombreux rapports soulignent clairement que les blocages du monde arabe sont d’ordre politique. L’absence de réelles réformes en Afrique du Nord est le résultat d’un manque flagrant de perspectives chez les dirigeants dans cette région. L’échec de l’UMA et la faible attractivité du Partenariat euro-méditerranéen ne favorisent pas l’application des réformes nécessaires. Pis, les attentats du 11 septembre 2001 ont légitimé la stratégie sécuritaire des régimes.

    La greffe d’Al-Qaïda au Maghreb a favorisé une coopération internationale contre la menace terroriste et par là même renforce les régimes de la région dans l’illusion sécuritaire. Et pourtant, n’est-il pas temps de...

  4. (pp. 47-66)

    Comme le souligne El Houssain Abouchi : « Presque plus de 40 ans après les indépendances des États maghrébins, le problème de la démocratie, au-delà, celui de la recherche et de l’instauration d’un État stable, et d’un système politique ayant l’accord de toutes les composantes politiques et sociologiques, est à l’ordre du jour »62. Les espoirs placés dans la décennie 1990 se sont dissipés pour laisser la place à une décennie perdue63. Celle de la guerre civile en Algérie, des sanctions internationales en Libye, du Benalisme en Tunisie et d’une fin de règne en Maroc. Les élections organisées au cours...

  5. (pp. 67-70)

    L’instauration de la démocratie au Maghreb doit devenir une priorité de la politique européenne en Méditerranée. Les avantages mutuels de la démocratie au Maghreb sont nombreux. Pour cela, l’Union européenne doit oser aborder les questions de politique intérieure et ne plus se cantonner à une approche seulement économique. Les réformes économiques au Maghreb échoueront si elles ne sont pas portées par des dirigeants politiques légitimes, démocratiquement élus. Il y a urgence à agir, les élections en Algérie et au Maroc montrent comment, en se réfugiant dans un abstentionnisme massif, les électeurs expriment clairement leur méfiance à l’encontre des équipes dirigeantes....