Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Research Report

Sécurité et développement de l’Afrique :: une nouvelle approche pour l’UE

Charles Goerens
Copyright Date: Apr. 1, 2007
Pages: 79
OPEN ACCESS
https://www.jstor.org/stable/resrep06928
  • Cite this Item

Table of Contents

  1. (pp. 7-10)

    Le monde était divisé jusqu’en 1990. Aujourd’hui, il l’est encore mais autrement. Les barbelés de Ceuta et Melilla tendent à rendre la frontière entre l’Afrique et l’Europe infranchissable dans le sens Sud-Nord. Non pas pour les criminels, ils finiront par trouver le moyen de contourner le dispositif. De même, les cerveaux bien formés seront tentés de suivre l’exemple des 1 200 médecins de la Zambie sur un total de 1 600 qui ont fui leur pays. Et pourtant, Dieu sait que l’on a cruellement besoin d’eux dans leur pays d’origine. Ainsi faute de perspectives, ils préfèrent refaire leur vie ailleurs....

  2. (pp. 11-22)

    Au début des années 1980, dans son rapport Common Crisis: North-South Cooperation for World Recovery¹, la Commission Brandt était déjà pleinement consciente de la corrélation des problèmes Nord-Sud au point d’en faire une préoccupation majeure : « Today, responsible women and men, and the younger generation above all, realise in their daily lives that their own condition is no longer isolated: their jobs, their food, their energy – even the solvency of their local bank, depend upon and influence the development of people, communities, and countries at the other end of the world ».

    La Commission ne manque pas de...

  3. (pp. 23-30)

    Plus présente dans le monde, l’Union européenne entend consolider et développer son action au niveau des relations extérieures. En témoigne notamment sa stratégie intitulée Une Europe sûre dans un monde meilleur². Déjà la manière d’appréhender les grands défis en matière de sécurité rendent ce document intéressant. A l’ère de la mondialisation, l’entrée en scène d’acteurs étatiques et surtout non étatiques opérant à travers des réseaux globaux nous fait porter notre regard bien plus loin que sur notre voisinage immédiat. Seul un cadre international fondé sur le multilatéralisme que l’Europe appelle de ses voeux aura une quelconque chance de jeter les...

  4. (pp. 31-52)

    L’Union européenne déplore ses échecs et reste muette sur ses avancées réelles parmi lesquelles il y a lieu de mentionner les progrès réalisés dans le domaine opérationnel en matière de gestion des crises. Depuis que des moyens militaires autonomes viennent s’ajouter aux moyens civils déjà existants, elle dispose d’une boîte à outils multiple qui lui permet d’offrir des solutions plus complètes aux situations conflictuelles qui se produisent à travers le monde. Ces moyens militaires viennent compléter des capacités bien rôdées comme par exemple le département d’aide humanitaire de la Commission ainsi que la politique de coopération au développement qui dispose...

  5. (pp. 53-66)

    Malgré les premiers succès de l’Union africaine (UA), le point de non-retour n’est pas encore atteint. Sa première opération de maintien de la paix, au Burundi, a été fort encourageante. Grâce à sa lucidité et son pragmatisme, les conditions furent vite réunies pour préparer le terrain à une opération de maintien de la paix (OMP) des Nations unies. L’Organisation mondiale, pour laquelle les conditions nécessaires au déploiement d’une OMP n’étaient réunies qu’à partir du moment où les principaux mouvements armés avaient signé l’accord de paix, accepta de prendre le relais des opérations au terme d’une période de treize mois. Entre...

  6. (pp. 67-74)

    En 2005, un pauvre sur trois vivait en Afrique. Si rien ne change, un pauvre sur deux sera Africain dans dix ans. Les progrès tant attendus dans les domaines économique et social seront fonction du succès des réformes que l’Afrique va devoir engager. Personne ne pourra le faire à la place des Africains. Le développement sera endogène ou il sera loin d’être durable. C’est à ce prix que l’Afrique sub-saharienne pourra trouver sa place dans un monde où l’interdépendance est devenue globale.

    Paradoxalement, être interdépendant signifie que ceux qui vivent dans un système qui leur procure le bien-être, le droit,...