Skip to Main Content
Have library access? Log in through your library
Research Report

Violence politique et paix dans le monde arabe

Abdallah Saaf
Cahiers de Chaillot
Copyright Date: Oct. 1, 2010
Pages: 108
OPEN ACCESS
https://www.jstor.org/stable/resrep06929
  • Cite this Item

Table of Contents

  1. (pp. 11-14)

    Que sont devenues les représentations liées à la problématique de l’État postcolonial et à ses défis dans le domaine de la sécurité ? Comment ont évolué les différentes conceptions et doctrines en la matière dans les pays arabes ? Que reste-t-il des représentations relatives à la sécurité qui avaient prévalu dans le monde arabe au cours des décennies précédentes ? Quel est le concept de sécurité qui a cours aujourd’hui dans la région ?

    La présente recherche tente d’examiner les représentations, les conceptions, les approches, les corpus d’idées présentant des aspects doctrinaux, mais aussi des attitudes, des comportements et des...

  2. (pp. 15-22)

    L’ancienne représentation de la sécurité nationale arabe est loin d’être enterrée. Elle connaît sans cesse des renaissances et de nouvelles vies. Elle revêt même aujourd’hui des formes et des contenus nouveaux⁴. Nombreux sont les acteurs influents qui s’y référent : acteurs gouvernementaux, institutions intergouvernementales de la région arabe, organisations non gouvernementales (Union des parlementaires arabes, Union des ingénieurs arabes, Union des avocats arabes, Union des médecins arabes, Union des écrivains arabes, etc.). La notion de sécurité nationale arabe peut être appréhendée de plusieurs manières. D’une part, elle est présentée par ses défenseurs comme ayant un caractère naturel dans le contexte...

  3. (pp. 23-38)

    Au niveau étatique, plusieurs concepts de sécurité semblent à l’oeuvre sur la rive Sud de la Méditerranée : outre le concept islamiste de sécurité, du modèle extrême d’Al-Qaida aux conceptions de sécurité développées par des États à tendance islamiste, en passant par les différents mouvements islamistes prêchant la voie légale ou le jihad et les mouvements armés de différentes obédiences. Au-delà de l’évolution du concept de sécurité dans le contexte arabe, se dégage toujours un concept traditionnel de sécurité qui n’omet ni les contenus classiques de la sécurité ni de lier la sécurité au développement politique, économique et social. Il...

  4. (pp. 39-62)

    .Le type d’asymétrie que recherchent, et que trouvent parfois les forces qui se considèrent en posture de résistance ou d’insurrection objective, reconnue ou contestée, et qui demeurent, État dans l’État, contre-État ou État alternatif, petit État embryonnaire ou substitut d’État, des structures apparaissant là où l’État paraît inexistant ou faible, dans tous les cas, des entités construites sur le modèle étatique, fortement apparentées à sa configuration, tels que le Hezbollah, diverses composantes de la résistance palestinienne – islamiste ou autre –, les composantes des mouvements insurrectionnels irakiens. Ces trois cas représentent les grandes catégories de mouvements armés ayant évolué au...

  5. (pp. 63-70)

    Une tendance à l’urbanisation semble marquer les guerres en cours dans la région. Elle est reflétée par le développement urbain des guerres d’insurrection, de contre-insurrection, l’adaptation continue des uns et des autres et l’incapacité des parties différentes à conclure de manière déterminante les opérations.

    Le conflit opposant Israël aux Palestiniens depuis l’intifada apparaît essentiellement urbain. Les Palestiniens comme les Israéliens ont fait des villes de l’ennemi le principal lieu de leurs actions. L’opération menée par Israël en 2002, avec l’attaque de Naplouse en Cisjordanie, apparaît comme l’un des tournants des nouvelles formes de guerre. Les soldats procédaient en évitant les...

  6. (pp. 71-80)

    Sur le terrorisme de type religieux, en l’occurrence l’usage de la violence par les tendances islamistes radicales, plusieurs définitions peuvent ressortir des discours et des pratiques des acteurs dans la région arabe. Le phénomène peut renvoyer à la délégitimation ou à la disqualification par divers adversaires de l’ordre politique national, régional ou du système international, considérés comme despotiques, injustes ou illégitimes, à travers le rejet ou la criminalisation de leurs modes d’action, de leur modus operandi, par toute une gamme de moyens, du communiqué d’information (ou de désinformation, d’agit-prop) à l’homme-bombe, en passant par toutes les formes d’actions violentes. Le...

  7. (pp. 81-98)

    La sécurité humaine dont il est question ici se définit aussi dans le sens du rapport de la Commission sur la sécurité humaine, en termes d’absence de crainte et de volonté de vivre dans la dignité et la liberté89. Cette notion n’est pas étrangère à l’univers des sociétés arabes90, même si elle commence à peine à y être utilisée à travers les discours, les pratiques et les politiques publiques, les programmes de recherches91.

    Le paradigme de la sécurité humaine consiste dans une tentative de conceptualiser le passage d’une approche des États centrée sur la sécurité des États eux-mêmes à une...

  8. (pp. 99-100)

    Encore aujourd’hui une zone de tempêtes, la région arabe semble constamment aux aguets. Les positionnements sécuritaires y sont nombreux : les acteurs étatiques et non étatiques semblent avoir chacun leur propre démarche sécuritaire, en constante adaptation et perpétuelle évolution… Les approches de la sécurité dans le contexte arabe qui ont été faites ces deux dernières décennies diffèrent des approches des périodes précédentes. Elles apparaissent actuellement comme des constructions composites.

    Ces approches semblent diversifiées et souvent hétérogènes du fait de la pluralité des producteurs de visions de sécurité, de l’absence de monopole étatique en la matière, de la multiplicité des acteurs,...