Research Report

Armes légères et sécurité en Mauritanie: Une perspective nationale et régionale

Stéphanie Pézard
avec Anne-Kathrin Glatz
Copyright Date: Jun. 1, 2010
Published by: Small Arms Survey
Pages: 128
OPEN ACCESS
https://www.jstor.org/stable/resrep10774
  • Cite this Item

Table of Contents

  1. (pp. 1-14)

    Située à l’ouest du Sahel, en Afrique occidentale, la Mauritanie ne compte que trois millions d’habitants dispersés sur un territoire équivalent à deux fois la taille de la France¹. Ainsi qu’en témoigne la structure de sa population, cet immense pays se situe, tant géographiquement que culturellement, à la frontière du Maghreb et de l’Afrique sub-saharienne (voir encadré 1). Nouakchott est beaucoup plus proche du Sénégal et du Mali que de n’importe quelle autre capitale du Maghreb, dont elle est séparée par le Sahara ; les mouvements migratoires en provenance de ces deux pays renforcent encore l’ancrage de la Mauritanie dans...

  2. (pp. 15-17)

    Une note d’étude interne de la Direction générale de la sûreté nationale mauritanienne, qui est responsable de l’attribution des permis de port d’armes, évalue à 35 ou 36 000 les armes détenues par les forces de sécurité, mais sans donner de précision sur la façon dont ce total a été calculé24. Les forces de sécurité comprennent l’armée, la police, la Garde nationale, la Gendarmerie, et une garde prétorienne constituée du Bataillon pour la sécurité présidentielle (BASEP), du Bataillon des fusiliers marins (FUMA) et du Bataillon des commandos parachutistes (ICG, 2006, p. 2). L’armée mauritanienne comprend environ 15 000 hommes. La...

  3. (pp. 18-39)

    Le contenu des entretiens avec des sources mauritaniennes et internationales à Nouakchott, ainsi qu’avec les participants aux ateliers de Nouadhibou et d’Aioun al-Atrous, convergent sur deux points : le faible taux de criminalité, malgré tout en augmentation depuis une dizaine d’années38, et l’utilisation très rare d’armes à feu dans les actes de délinquance, les criminels ayant plutôt recours aux armes blanches. Les attaques sur les routes (phénomène des « coupeurs de route ») semblent largement inconnues en Mauritanie39. Les témoignages ne font état que de quelques braquages et cambriolages ; les vols de voiture et les viols semblent, en revanche,...

  4. (pp. 40-47)

    Toutes les personnes interrogées dans le cadre de cette étude se sont accordées à juger la population civile mauritanienne très largement armée. Avant la colonisation, il était courant de posséder des armes, principalement contondantes, pour régler les conflits tribaux mais aussi pour la chasse et pour protéger le bétail des prédateurs. Les armes à feu ne sont arrivées qu’avec les colonisateurs, dans les années 1920. Au dire des participants aux entretiens de groupe d’Aioun al-Atrous, il est commun pour les éleveurs nomades du Sud-Est de posséder des carabines. Les chasseurs, les chefs de tribus et la « classe bourgeoise »...

  5. (pp. 48-81)

    Les importations mauritaniennes d’armes, déclarées entre 1994 et 2008 à Comtrade, base de données des Nations unies qui recense les importations et exportations de biens dans le monde, se composent pour l’essentiel de fusils de chasse et de fusils destinés au tir sportif (voir graphique 2), ainsi que de munitions pour armes légères. Aucun transfert d’armes légères et de petit calibre militaires n’a été recensé par ou pour la Mauritanie durant la même période (Lazarevic, 2009).

    En 2005, les États-Unis ont déclaré avoir exporté vers la Mauritanie pour 11 000 USD de pièces détachées et d’accessoires pour armes militaires; sur...

  6. (pp. 82-86)

    Cette étude permet de dégager un certain nombre de conclusions quant à la circulation et la possession des armes à feu en Mauritanie, ainsi que sur le niveau de menace que représentent les groupes armés non-étatiques présents dans la région.

    Les armes à feu en circulation en Mauritanie comprennent des fusils d’assaut de différents types, ainsi que des armes de poing et des fusils de chasse. Elles sont principalement détenues pour des raisons de tradition et de prestige, pour être utilisées au cours des cérémonies (mariages, etc.), pour le tir à la cible et pour l’autodéfense.

    Les deux sources d’approvisionnement...